Les assassins de Grigny et de Viry-Chatillon:

Publié le par Paulo

Les assassins de Grigny et de Viry-Chatillon:

Zone de non droit, zone de tous les dangers, zone de guérilla urbaine.

Les forces de l'ordre sont les cibles privilégiées de petits malfrats dans les banlieues de nos grandes métropoles. La présence de policiers dans ces quartiers dit sensibles, déclenche des actes de violences inouïe à leur encontre.

Ils sont la cible privilégiée de voyous qui cherchent à attenter à leur vie.

Comment en sommes nous arrivée là, ça ne date pas d'hier, mais cette montée en puissance de la violence est inquiétante. La dénoncer est une chose, l'endiguer en est une autre. Le sentiment d'impunité, le laisser faire dans ces zones de non droit, laissent imaginer que nous n'intervenons plus dans ces quartiers qui sont devenus le repaire des trafiquants en tous genres (drogues, trafic d'armement, commerce parallèle de produits illicites, etc...). Plus personne n'intervient sans le risque de déclencher une émeute et c'est un peu pour cela que ces quartiers ne sont plus sous contrôle.

Les jeunes qui y habitent le savent bien et la tentative d'assassinat de deux policiers, montre à quel point nous ne sommes plus en mesure d'assurer l'ordre dans ces zones de non droit.

Il fut un temps ou un certain Nicolas Sarkozy parlait de nettoyer ces quartiers au karcher.

Ce temps est largement révolu. Si l'on veut retrouver la paix civile et sociale dans ce pays, il faudra à terme, réduire ces quartiers, éviter que des regroupements ethniques, communautaires ne puissent s'installer pour créer de nouvelles zones de non droit.

Dans un état de droit, une seule chose doit animer nos dirigeants, c'est de faire respecter l'ordre et la loi dans notre pays et s'il le faut, utiliser tous les moyens de l'état d'urgence en vigueur actuellement. Il y va de la survie de notre démocratie et de l'intérêt du pays.

Publié dans Sécurité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article