Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Droit de réponse à Madame Françoise Verchère.

société

Droit de réponse à Madame Françoise Verchère (Ouest-France du 10/11/2016):

Suite à l'article: les réactions après l'avis de la rapporteuse publique.
madame Françoise Verchère considère que les propos tenus par les élus locaux ligériens, sont de mauvaise foi, voir insultant à l'encontre de la magistrate.

Elle cite plusieurs élus locaux ils n'étaient pas présents à l'audience, pour y entendre le bien fondé sur le droit national et surtout Européen , la loi sur l'eau et les directives Européennes (l'art. 411 - 2 sur la protection des zones humides et des espèces protégée).

Cette pasionaria écologiste a toujours mis en avant cette loi Européenne et considère que le résultat du référendum (oui ou non pour l'aéroport NDDL), ne serait qu'une simple consultation pour avis et qu'elle n'a aucune légitimité. Entre parenthèse, il serait intéressant  de rapprocher la légitimité d'une loi et sa constitutionnalité.

Pour Madame Verchère, le résultat de ce référendum n'est qu'un simple avis, qui n'empêche nullement les recours juridiques (entendez par là, votre avis ne nous intéresse pas).

Alors, je pose la question à Madame Verchère, qu'un avis sur une loi Européenne serait sans appel et prioritaire à une consultation de la communauté Ligérienne, dont l'avis majoritaire est favorable à la construction de cet aéroport de (NDDL).

Serait elle moins pertinente sur l'exécution des arrêtés préfectoraux et décisions de justice, concernant l'évacuation de (NDDL), par les zadistes qui y sont installés illégalement.

Bien sur, nous assistons là, à ce que l'on peut appeler "deux poids, deux mesures".
Quand on est comme Madame Verchère, très attachée à la légalité, pour faire appliquer la loi Européenne, elle serait bien avisée de conseiller les occupants de la "ZAD", à respecter la loi qui leur demande d'évacuer les zones illégalement occupées

                                                                    Paul, un citoyen ordinaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact