Nantes, la peur s'installe dans les quartiers sensibles:

Publié le par Paulo

Nantes, la peur s'installe dans les quartiers "sensibles":


Nous ne sommes pas encore comme a Marseille, avec 28 morts depuis le début de l'année 2016, en grande partie du aux règlements de compte, entre bandes rivales qui se disputent les territoires de "deals" et l'économie souterraine qu'elle procure aux caïds de la drogue.
Nous n'en sommes pas encore là à Nantes, dieu merci. Néanmoins, l'usage répété d'armes à feu dans les quartiers dits "difficiles", devient inquiétante, au point que certains habitants de ces quartiers cherchent à les quitter, ne se sentant plus en sécurité, pour eux, leurs proches et leurs enfants.
Le phénomène n'est pas nouveau et se répète assez régulièrement, dans les quartiers Nord, Malakoff, Pré-Gauchet, mais également dans les quartiers du Sud, Dervallières ou les quartiers Ouest, Bellevue.
Là également, nous assistons à des rivalités entre bandes et l'usage d'armes à feu, pour régler les conflits. Pour l'instant nous ne déplorons que quelques blessures superficielles. Il n'empêche qu'une balle perdue peut tuer une personne. Certains habitants ont retrouvé des impacts de balles dans leur appartement.
Comme depuis quelques temps déjà, au moment des fêtes de fin d'année, on renforce par la présence d'unités de gendarmes mobiles ou de CRS. Un calme relatif durant leur présence, mais tout recommencera dès leur départ, Ces unités n'ayant pas vocation à être statique.
Bien que la Police nationale et la Préfecture se sont saisies de ce problème, sans pouvoir y mettre un terme, c'est le statut quo avec la Mairie de Nantes.
A chaque fois qu'un événement se produit, on reparle des mesures que l'on devrait prendre. Il y a longtemps que Madame Johanna Rolland, Maire de Nantes, s'est engagée à faire installer un système d'îlotage, avec les policiers municipaux, on attend toujours. Sans doute qu'elle ne veut pas exposer ses policiers municipaux, aux tirs de ces petits malfrats, qui savent pertinemment que la police municipale n'est pas armé. Qu'attend Madame Le Maire pour doter la police municipale en armes de poing, qu'un policier municipal soit blessé gravement, voir tué par ces petits truands, qui n'ont aucun scrupule.
Cette dotation en armement ne coûterait rien à la commune, puisque ces armes proviennent du Ministère de l'intérieur, d'un stock qui provient de la Police Nationale et de la Gendarmerie.
Que peut faire un policier municipal face à un individu armé qui le menace. Ce n'est pas son Flash-Ball qui va le sauver.
On a aussi beaucoup parlé d'équipements de vidéo-surveillance. Qu'est ce que l'on attend pour les mettre en place. Elles pourraient fournir de précieux renseignement à la Police Nationale, lors de leurs enquêtes.
Il faudrait bien que l'augmentation de nos impôts locaux servent à quelque chose d'utile, car la sécurité est prioritaire et devrait passer bien avant les dépenses de prestige, comme l'arbre aux hérons qui coûtera plusieurs milliers d'Euros.
Il semble important d'agir maintenant, avant que l'irréparable ne se produise.

Publié dans Sécurité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article