François Fillon, emplois fictifs et bête noire des Présidentielles:

Publié le par Paulo

François Fillon, emplois fictifs et bête noire des Présidentielles:

D'un côté (ses opposants), vous avez: les pourfendeurs, les détracteurs, les annonceurs, les donneurs de leçons, les prédicateurs, les diseurs de bonne aventure, le liseurs de boules de cristal, les redresseurs de tord et les donneurs de leçon.

De l'autre (les Fillonistes) dénoncent: le lâché de boules puantes et toutes les nuisances olfactives de l'opposition qui rappellent désagréablement, les fosses septiques, les bouches d'égouts, l'épandage de purin, le miasme de la putréfaction et de la décomposition.

Toutes ces odeurs malsaines proviennent d'un microcosme politique en voie de disparition. Il n'en finit pas de répandre ses odeurs de fin de règne, en cherchant par tous le moyens à discréditer ceux ou celles qui gênent leur hégémonie politique.

Tous les moyens sont bons pour atteindre un opposant et le discréditer. L'utilisation de la voix médiatique, à travers ce qu'elle a de plus sulfureux, une certaine presse à sensation et les idées qu'elles véhiculent, au travers des médiats.

Si certains hommes politiques ne sont pas de saints homme, au sens biblique du terme, ils n'en sont pas moins sain de corps et d'esprit, animés de valeur, de compétence et d'expérience qu'ils souhaitent mettre à la disposition de leur pays.

Les dernières actions menées contre François Fillon et les emplois fictifs de sa famille, démontrent à quel point, la veulerie de certains de nos hommes politiques, peut compromettre une destinée nationale, par les coups bas, la misogynie et le manque de courage de certains hommes politiques qui se cachent derrière des procédés d'un autre âge.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ne brillent pas par leur courage.

L'honneur de François Fillon sera lavé de tous soupçons, dès lors que toutes les preuves seront avancées pour dénoncer la rumeur des emplois fictifs. Pour l'instant, il bénéficie du statut de présomption d'innocence.

Commenter cet article