Les Antilles Françaises ne sont pas des départements comme ceux de la Métropole:

Publié le par Paulo

les Antilles Françaises ne sont pas des départements comme ceux de la Métropole:


Il faut savoir que Saint-Barthélemy fait partie des petites Antilles Françaises et que c'est une collectivité d'Outre-Mer, rattachée au département d'Outre-Mer de la Guadeloupe.
L'Ile de Saint-Martin était autrefois rattachée au département de la Guadeloupe, mais depuis 2007, elle est devenue une collectivité d'Outre-Mer.

Pour les Métropolitains qui connaissent bien ces Iles, pour y avoir travaillé. Ils ont pu apprécier la douceur de vivre dans ces Iles, le climat, la gentillesse des Iliens, mais aussi parfois, la rudesse des cyclones et des ouragans durant la période cyclonique.

Sans chercher à comparer les habitants des Caraïbes et ceux de la métropole, vous ne pouvez pas échapper à la culture, aux origines, aux croyances et à leur mode de vie.

Si les Métropolitains y sont bien admis, il arrive parfois, qu'ils ne soient pas toujours bien tolérés. Il m'est arrivée en 1992, en Martinique, de voir peint sur les murs des habitations, "dehors chiens de Français".

Lorsque vous arrivez, c'est un choc culturel auquel vous ne vous attendez pas.
Certains autonomistes n'hésitent pas à vous rappeler en permanence, leurs origines d'esclaves, en vous faisant sentir que vous êtes tolérés, chez eux.

Comme en Métropole, vous avez des zones de non droit où la drogue, l'alcool, la prostitution et la violence, sont permanentes.

Alors, rien d'étonnant que après le passage du cyclone Irma et les destructions des bâtiments qui ont suivi, des bandes de voyous de ces zones en ont profité, pour commettre des pillages.

Les forces de l'ordre désorganisées et peu nombreuses, n'ont pas pu faire face aux débordements des pillards, armés de machettes, de fusils et différentes armes à feu.

Quand on connaît le comportement de ces personnes, leurs attitudes n'est pas surprenantes.
Ce qui l'est plus, c'est le manque de renforts, qui aurait dû être prévu, bien avant le passage du cyclone.

Cette défaillance des moyens humains et matériels est bien à mettre au compte des autorités et de nos dirigeants.

Publié dans Sécurité

Commenter cet article