Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Que deviendra la ZAD de Notre-Dame-des-Landes:

Paulo #Sécurité

Que deviendra la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (NDDL):

Si l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est bien acté, l'occupation de la zone à défendre (ZAD) est toujours d'actualité.

Le gouvernement c'était engagé à respecter la trêve hivernale, avant d'expulser tous ceux qui n'auront pas déposé en Préfecture, un projet d'agriculteur, pour les terrains qu'ils occupent illégalement.

La zizanie met en opposition, deux groupes d'individus. Les occupants historiques, l'Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (ACIPA) dont le Président est Julien Durand, un agriculteur occupant de la zone, depuis le début, et Madame Verchère, co-Présidente du collectif d'élus qui doutent de la pertinence de l'aéroport (CPEA). Elle reconnaît que pendant toute la période d'occupation de la ZAD, son collectif a soutenu les actes illégaux, au nom de la légitimité du combat contre l'aéroport NDDL. Seulement, voilà qu'elle se trouve dépassée par ses troupes, le bras armé de l'ACIPA et du CPEA.

Elle déclare notamment soutenir le discours des anarchistes et des extrémistes de gauche ou d'ailleurs. Elle considère qu'ils ont un droit sur les terres qu'ils occupent, puisque depuis le début, ils ont mené des combats parfois dur, dans des manifestations où la ville de Nantes et les commerçants ont payé un lourd tribu, avec des détériorations (mobiliers urbains, vitrines de commerce), quand certains magasins subissaient des actes de pillage.

La grande question: que fera le gouvernement à compter du 1er avril 2018. Verrons-nous les expulsions comme il s'y était engagé à le faire.

Une chose est certaine, expulsion ou pas, samedi prochain, une manifestation est prévue à Nantes, à laquelle participeront les migrants et peut être les étudiants de la faculté, qui demandent aide et assistance pour le logement.

Ce sera pour les "zadistes", le dernier baroud d'honneur. Il est à craindre des débordements et des actes de violence, voir la destruction, de vitrines des commerçants, comme cela s'est produit trop souvent.

Il faut croire que la loi ne s'applique pas de la même manière pour chaque citoyen.
On peut également se poser la question, est ce qu'une minorité violente peut imposer ses règles, sans aucune réaction de notre gouvernement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact