Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

l'imbroglio sur Notre-(Dame-des-Landes et la "ZAD":

Paulo #Société

L'imbroglio sur Notre-Dame-des-Landes et la ZAD:

La ZAD de Notre-Dame-des-Landes n'en finit pas de faire parler d'elle. Jusqu'à quand devrons nous subir les effets néfastes de cette verrue conflictuelle qui s'est installée depuis des lustres, sur un territoire qui n'appartient pas aux "zadistes" , mais dont ils souhaitent devenir légataires, avec l'accord de notre gouvernement

Celui-ci serait prêt à leur céder, pour en finir avec cette zone de non droit, en légalisant cette présence de pseudo agriculteur en herbe, voir tout autre activité commerciale ou culturelle.
Le Président du Département de la Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, ne l'entend pas de cette oreille. Il souhaite récupérer les terres qu'il avait cédées à l'Etat, en vue d'y construire un aéroport. Il considère, à juste titre, que les terres doivent revenir au département et il en confierait la gestion à la chambre de l'agriculture, une institution plus à même de gérer ces terres, à nouveau disponible.

Pour l'instant la décision est entre les mains du Tribunal d'Instance de Saint-Nazaire.
Dans tout cette histoire qui n'en finit pas, il y a ceux que je désigne comme les pompiers pyromanes et qui ne savent plus comment arrêter l'incendie, à savoir les exactions commises par certains "zadistes" radicaux, qui viennent de mettre le feu à des camions de l'entreprise de dépannage Louis XVI à Nantes, en se désignant sous l'appellation "L'amicale Verts Chers", faisant ainsi référence à Françoise Verchère, une ancienne élue anti-aéroport, très influente dans les milieux associatifs (ACIPA - COPAIN) et Présidente du collectif des élus anti-aéroport.
Il faut se souvenir qu'elle a soutenu le mouvement anti-aéroport et qu'elle reconnaissait la légitimité des "ZADISTES", bras armé de son mouvement. Durant ses réunions publiques, elle en reconnaissait le bien fondé.

Aujourd'hui, elle déclare que les plus radicaux n'ont plus leur place à Notre-Dame-des-Landes, sauf que ceux qu'elle soutenait autrefois, estiment qu'on leur doit une contrepartie, pour la lutte qu'ils ont mené et qui a aboutit à l'abandon de l'aéroport.

Voilà ou nous en sommes aujourd'hui, d'où mon expression de "pompier pyromane".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact