Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Après le Chicago Marseillais, nous avons le Nantais:

Paulo

Après le Chicago Marseillais, nous avons le Nantais:

Nantes et ses quartiers sensibles ne sont pas épargnés par la violence urbaine.

La police elle même le reconnaît, elle est dépassée par le trafic de la drogue, qui s'installe durablement, non seulement dans les quartiers traditionnellement impliqués dans ces trafics et les dealeurs qui s'affrontent régulièrement et échangent des tirs d'armes à feu de tous calibres.
Dernièrement, c'est une jeune fille dans la quartier du Breil aux Dervallières , réputés pour ses dealeurs, qui a été légèrement blessée par une arme à feu, alors qu'elle fermait les fenêtres de son appartement, au cours d'un échange de tir entre bandes rivales.

Hier, au cours d'un contrôle d'un véhicule, dans le même quartier, le conducteur a refuser de se soumettre au contrôle, engageant une marche arrière, alors qu'un CRS se trouvait sur la trajectoire du véhicule, il a eu le temps de s'écarter, mais il a été percuté au genou, le blessant légèrement.

Son collègue a riposter par un tir qui a atteint le chauffeur à la carotide. Ce dernier ne survivra pas à ses blessures. Les jeunes du quartier on voulu venger leur ami, en déclenchant une attaque contre les CRS, brûlant plusieurs voitures, ainsi que des poubelles, à l'aide de cocktail molotov.

Evidemment, on s'en doutait un peu, certaines personnes parlent de bavures policières. A l'inverse, si un policier avait été écrasé par le véhicule, on aurait tout simplement relevé, un incident malheureux. Mieux vaut écraser un policier que de tuer un petit malfrat, qui au demeurant été recherché avec un mandat d'arrêt.

On parle aussi de tir sans sommation! les gens disent n'importe quoi. Le véhicule dans le cas présent était devenu une arme par destination et le policier a fait usage de son arme, dans le cadre de la légitime défense.

Alors de grâce, laissons à la justice faire son travail et les policiers le leur et arrêtons de fustiger en permanence ceux qui sont victimes de petits voyous qui n'hésiteraient à tuer un policier, s'ils le pouvaient. Ces derniers savent bien qu'ils ne risquent pas grand chose, puisque de toute manière les peines infligées, ne sont pratiquement jamais exécutées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact