Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Le gouvernement à marche forcée, commence à s'essoufler:

Paulo #Société

Le gouvernement à marche forcée, commence à s'essouffler:

Tous les marathoniens vous le diront, pour tenir la distance, il faut beaucoup d'entraînement, du souffle et de la rigueur.
Ce n'est pas parce que l'on part plus vite que les autres, que l'on arrivera le premier.
Cette métaphore met en évidence les faiblesses, les craquelures et les abandons dans le gouvernement de LREM.
La genèse de cette histoire remonte dès les débuts du gouvernement d'Edouard Philippe. François Bayrou nommé au poste de Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, poste qui lui fut attribué en remerciement de sa contribution, à la réussite de l'élection Présidentielle d'Emmanuel Macron. A peine nommé, il doit démissionner, suite à l'ouverture d'une enquête visant son parti, le "Modem", et affin d'éviter de mettre le nouveau Président en difficulté.
Après cette première affaire, de nombreux textes de loi ont été votés, à l'Assemblée Nationale. Suite a cette marche forcée parlementaire, la grogne et l'essoufflement sont apparus, au sein de la majorité.
Voilà qu'apparaît l'affaire Benalla et ses débordements sécuritaires. Premier pavé dans la mare Elyséenne provoquant quelques remous.
Nous sommes à l'époque des vacances et tous les Ministres partent se reposer, avec la consigne de ne pas trop s'éloigner et d'être sur le qui-vive, en cas de besoins.
Les vacances se passent et là, deuxième pavé dans la mare, le Ministre d'Etat de la transition écologique et solidaire, Monsieur Nicolas Hulot, quitte le gouvernement, sans tambour ni trompette!
Enfin, troisième pavé, le Ministre des comptes publics, Monsieur Gérald Darmanin, annonce que les Impôts sur les Revenus, avec prélèvement à la source, auront bien lieu dès le début 2019. Déclaration reprise par le Président de la République, qui dit que rien n'est moins sur, que l'on doit y réfléchir et si besoin, reporter cette mesure.
D'annonce en annonce, souvent contradictoires, les pavés dans la mare Présidentielle finissent par former beaucoup de remous et déstabilise le gouvernement.
Comble du désarroi, Stéphane Bern, chargé de recenser l'état du Patrimoine national, déclare refuser, d'être un "cache misère" et menace à son tour de démissionner.
ça fait beaucoup de personnes qui veulent quitter ce gouvernement, ou son entourage.
Sans en tirer de conclusions hâtives, force est de constater que la machine gouvernementale est encalminée et qu'il lui faudra attendre les vents portants, pour s'en sortir.
En conclusion: il ne faut pas confondre vitesse et précipitation et il faut aussi donner du temps au temps.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact