Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Entre la peste et le choléra, que doit on choisir:

Paulo #Sécurité

Entre la peste et le choléra, que doit on choisir:
Comme beaucoup d'entre nous, je me suis souvent posé cette question, mais comment en sommes nous arrivés là?
La drogue, qu'elle soit récréative, d'habitude ou d'addiction est un fléau social, auquel notre société s'est habituée et n'arrive plus à endiguer tous les effets pervers qu'elle procure.
Il y a un peu plus de 50 ans, lorsque j' étais en région parisienne, on commençait déjà à parler de la consommation du cannabis. Cela concernait surtout certains milieux d'étudiants, d'intellectuels ou d'artistes que nous considérions comme des milieux issus des soixante-huitards, qui cherchaient plutôt à se démarquer des milieux plus traditionnels.
On arrêtait très peu de ces consommateurs avisés, que nous considérions comme farfelus, souvent issus d'un certaine bourgeoisie.
Le monde du travail n'était pas encore gangréné par cette lèpre. Et puis, petit à petit, un marché de plus en plus important à vue le jour et s'est installé dans différentes zones et quartiers plus ou moins défavorisés. C'est ce que l'on a appelé l'économie souterraine, où à tord ou à raison, les différents services de l'Etat ont laissé cette économie se développer, avec peut être une arrière pensée, acheter la paix sociale dans ces quartiers défavorisés, qui sont devenus des zones de non droit et que l'on voudrait reconquérir maintenant, après 50 ans d'abandon. A moins d'y faire intervenir l'armée, le RAID ou le GIGN, plus aucun service de l'Etat n'entrent dans ces quartiers perdus de la République.
Pire, ce qui semblait ne pas dépasser la limite de ces quartiers urbains, est en train d'atteindre les zones rurales et su urbaines. Une armée de dealers est en train de prendre possession de ces nouveaux territoires qui seront à leur tour la proie de violence, d'échange de tir, d'acte de vandalisme et de risque de mort violente par arme à feu.
Sans être l'oiseau de mauvais augure, l'enjeu est tellement important que ce ne sont pas quelques policiers supplémentaires qui pourront résoudre ce problème d'hygiène et de sécurité publique. On a trop attendu pour réagir à ce fléau qui gagne toutes les couches de notre société. Est ce un signe du malaise sociale que nous traversons aujourd'hui? Quoi qu'il en soit, la reconquête de ces territoires perdus, ne pourra se faire sans utiliser la force, sachant que pour pénétrer dans ces quartier ou les armes et la drogue circulent aussi librement que les habitants, on ne pourra répondre que par la force, car eux n'hésiteront pas à l'utiliser avec les armes de guerre dont certains sont pourvus.
Nous ne sommes plus en état de négocier, car ces personnes ne connaissent que la loi du talion "œil pour œil, dent pour dent". Ils profitent de la faiblesse de l'Etat et se renforce de plus en plus dans la négation des droits et des lois de notre pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact