Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Burkina Faso, donner sa vie pour en sauver d'autres:

Paulo #Sécurité

Burkina Faso, donner sa vie pour en sauver d'autres:
Triste réalité mise au grand jour, d'une opération militaire menée par des éléments français des forces spéciales, où de valeureux soldats sont morts pour libérer 4 otages (2 Français, une Américaine et une Sud-Coréenne).
Cet acte de bravoure de nos 2 militaires des forces spéciales, montre la dure réalité de l'engagement de nos armées, contre les nombreux groupes terroristes qui se déplacent sur un vaste territoire de plusieurs milliers de Km2, en zone sahélienne.
Un hommage solennel sera rendu aux invalides, à nos deux héros.
Comment ne pas penser à la douleur ressentie par les familles éprouvées, pour la perte d'un être cher, d'un fils, d'un frère d'arme, d'un ami. Nous nous associons à leurs peines et leur présentons nos sincères condoléances. C'est aussi la dure réalité de nos armées engagées au Mali.
Au-delà de ces disparitions douloureuses, se pose une question importante. Si l'on peut comprendre l'intérêt porté par certaines personnes, par la découverte du continent Africain, l'envie de vivre au plus près de la population et d'y faire un safari photos sur la faune africaine, Il n'en demeure pas moins vrai que de nombreux secteurs sont déconseillés et classés à hauts risques. La moindre des choses serait de se renseigner avant son départ et de respecter les consignes qui sont donnés, afin d'éviter ces zones à risques.
Si cela ne ramènera pas à la vie, nos deux militaires tués en opération, cette prise de conscience pourrait éviter que cela ne se reproduise.

La jeunbesse n'est pas l'apanage de la République en Marche:

Paulo #Société

La jeunesse n'est pas l'apanage de la République en marche:
François-Xavier Bellamy est tête de liste aux élections Européennes chez les Républicains.
Le charisme de la personne me plait bien. Bien que méconnu des milieux politiques, sa jeunesse peut en séduite plus d'un, surtout chez les Républicains et faire la démonstration que cette jeunesse n'est pas l'apanage de LREM.
Il peut faire la démonstration que le changement peut se faire également chez les Républicains et casser le mite des éléphants dans les différentes formations politiques.
Il devra franchir une nouvelle étape et ravir des sièges de députés à ceux qui se croient déjà installés au conseil Européen.

La ZAD devient une ZHP, Zonne d'Habitation protégé:

Paulo #Sécurité

La ZAD devient une ZHP (Zone d'Habitat Protégé):
Sur l'air de: "mais non, il n'est pas mort le poète", mais non: "ils ne sont pas morts les zadistes).
Après avoir obtenu l'abandon par le gouvernement de la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Nos zadistes entament une nouvelle lutte. Ils veulent la liberté de construire leurs lieux de vie et leurs modèles d'habitations, comme ils l'entendent, faisant fi des règles de construction et des contraintes administratives.
Le PLUM, Le PEAN: "késako", ils se disent non concernés, pas plus par les règles édictées par la communauté Urbaine d'Erdre et Gesvres, ou bien le département, pourtant propriétaire d'une partie des lieux anciennement occupés.
Une nouvelle lutte s'annonce, empruntant les mêmes normes que la première qui ont permis l'abandon de la construction de l'aéroport.
Ils se considèrent propriétaire de droit de ces lieux qu'ils ont conquis de haute lutte, contre les valets serviteurs de l'Etat (Les Gendarmes Mobiles). Ils sont un peu comme dans une réserve où ils pourraient mener leur propre expérience, un nouveau mode de vie, avec comme crédo, le respect de la diversité et la protection de l'environnement.
On voit bien que se dessine une nouvelle campagne, proche des écologistes, ayant pour but de faire plier le gouvernement, devant ces nouvelles exigences.
Peut on en déduire que le seul moyen pour obtenir quelque chose dans notre pays, ne peut se réaliser que par la violence et le non respect des lois établis.

Cacophonie ne rime pas toujours avec symphonie:

Paulo #Société

Cacophonie ne rime pas toujours avec symphonie:
Hier soir, j'ai voulu suivre l'émission sur le débat organisé sur France 2, avec les 12 candidats qui représentent les têtes de liste aux élections Européennes.
Chacun devait présenter un objet qui devait donner une vision sur le fonctionnement de l'Europe. Des objets aussi insolite qu'improbable. Monsieur Asselineau (UPR) avec ses menottes, Monsieur Philippot (Les Patriotes) avec sa baguette de pain, Monsieur Dupont-Aignan (l'Europe des projets) avec une maquette de l'avion Airbus, pour ne citer que ces 3 là.
Ils avaient tous une obligation de temps de parole à ne pas dépasser. Non seulement, ce temps de parole n'a pas toujours été respecté, mais en plus des invectives fusaient de tous les côtés.
En fait, 3h. 20 d'échanges infructueux, laissant les auditeurs sur leur faim. Un brouhaha et une cacophonie permanente, le genre de débat qui n'apporte rien sur la compréhension de leur programme et une connaissance de la politique Européenne.
Avec de tels débats, on peut comprendre facilement, la déception des auditeurs, qui n'auront rien compris sur le rôle qu'ils entendent donner à la Communauté Européenne.
En conclusion: éviter ce genre de débat qui n'apporte aucun éclairage aux futurs électeurs, pour les élections des Députés Européens.

Un Médecin militaire tué au Mali:

Paulo #Sécurité

Est ce que notre présence au Mali, en vaut la chandelle, celle d'une 24e vie perdue:
Combien de militaires devront perdre la vie au Mali, pour lutter contre les terroristes.
Je sais bien, certains diront, c'est leur métier et le risque de se faire tuer en fait partie.
Le seul ennui, nos militaires ne sont pas là bas pour défendre des intérêts nationaux, mais pour aider les peuples du Sahel qui sont martyrisés, par les terroristes nationaux.
Ce 24e soldat français est surtout mort, au nom de certaines idéologies. On peut aussi mourir pour des choix gouvernementaux, qui pourraient être assimilés à du néocolonialisme.
En fait, c'est ce que beaucoup d'états européens pensent et c'est bien pour ça que nous sommes en partie les seuls à combattre le terrorisme au Mali

Delevoye et le chantage à la démission:

Paulo #Société

va t il faire plier le gouvernement. Je voudrais bien voir ça, ce qui prouverait qu'il n'y a que les menaces qui aboutissent, afin d'obtenir satisfaction. D'ailleurs, il suffit pour s'en rendre compte de certains événements passés: la ZAD de Notre Dame des Landes, les manifestations des gilets ,jaunes, pour ne citer que celles là.
A vrai dire, c'est le principe du dernier qui à parlé qui à raison. Ils appellent ça, de l'écoute et de la tolérance

Retraite "chapeau" des grands dirigeants des entrepises du CAC 40:

Paulo #Société

Le fossé se creuse entre les grands dirigeants des entreprises à l'internationale et ceux qui participent à la création des richesses:
Une annonce scandaleuse qui met un peu plus d'huile sur le feu des gilets jaunes.
On a beau être le président de l'exécutif d'Airbus qui, au demeurant, est une grande entreprise à l'internationale, les sommes versées pour son départ (36,8 millions d'euros), sont un camouflet supplémentaire, à ceux qui manifestent pour l'amélioration de leur niveau de vie.
De telles annonces ne peuvent que renforcer le ressentiment de ceux qui se révoltent pour l'amélioration de leur pouvoir d'achat. Les richesses crées sont mal réparties entre les dirigeants et ceux qui les créent. Un gouffre les séparent. Une situation souvent dénoncé mais qui perdure.

Quand la force doit rester à la loi.

Paulo #sécurité

Quand la force doit rester à la loi:
On en aura mis du temps pour se rendre à l'évidence. Si la force doit rester à la loi, les dernières manifestations des gilets jaunes démontrent surtout, que c'est le laxisme qui a prévalu jusqu'à aujourd'hui.
Les groupes violents, les ultras, les extrémistes de tout bord, les black blocs, ,les opportunistes pilleurs, casseurs, incendiaires, ont pu agir impunément, lors de toutes ces manifestations, qui au départ n'avaient qu'une seule raison, celle de faire connaître un malaise social, un besoin d'équité, une amélioration de leurs conditions de vie.
Comment en sommes nous arrivés là. C'est comme dans un mauvais rêve, à qui profite le crime.
Notre gouvernement était trop pris dans le Grand débat national et la préparation aux élections européennes.
L'incompétence du Ministère de l'Intérieur, qui n'a pas su ou voulu prendre les bonnes décisions au bon moment, aura permis aux manifestants d'effectuer leur salle besogne de casseurs, pilleurs, incendiaires, jusqu'à l'agression physique des forces de l'ordre. Celles-ci par manque de moyen tant humain que matériel ont souvent été dépassées et submergées par une marée humaine, se sentant supérieur en nombre, n'a pas hésité à venir au contact des forces de l'ordre, qui n'avaient comme solution, se protéger, laissant le terrain libre aux émeutiers, qui s'en sont donnés à cœur joie.
On peut se demander à quoi servent les renseignements généraux et quel crédit porte le gouvernement sur les informations qu'il reçoit.
Il semblerait que l'on ait pas tenu compte des informations fournies, lors des derniers événements survenus sur les Champs Elysées. Il savait que cette manifestation était à haut risque, mais il n'en ont pas tenu compte. On voit ce qu'il en est advenu. Pendant ce temps là, le Président fait du ski et son Ministre de l'Intérieur fait la fête dans une boîte de nuit. C'est bien lui le responsable de la sécurité et des forces de police et c'est bien lui qui aurait du faire les frais d'un limogeage et non le Préfet et quelques hauts fonctionnaires de la Préfecture de police de Paris qui ont été remerciés. Car en somme, le Préfet se trouve sous la responsabilité du Ministre de l'Intérieur et ne fait qu'exécuter les ordres qu'il reçoit de son Ministre. C'est donc le Ministre de l'Intérieur qui est le premier responsable.
Apres toutes ces tergiversations, on finit par prendre les bonnes décisions, interdiction de manifester dans certains lieux, demande d'autorisation obligatoire d'organiser une manifestation, avec les lieux l'heure, l'organisation et l'encadrement de cette manifestation. Arrestation immédiate et condamnation des personnes qui se rassemblent sur des lieux interdits
Résultat et c'était prévisible toutes les manifestions de samedi dernier, à par une ou deux, se sont bien passées et sans incident majeur.
Alors, on est en droit de se demander, si la force doit rester à la loi, po

Que devons nous faire, face à un état inserrectionnel:

Paulo #Sécurité

Que devons nous faire face à un état insurrectionnel:
Il y a quatre mois apparaissait le mouvement des gilets jaunes, qui se voulait pacifique, pour faire connaître la situation sociale dégradée dans laquelle on trouvait une partie de leurs revendications.
Chaque samedi des revendications se font jour dans toute la France. C'est samedi 16 mars qu'on eu lieu les mouvements les plus durs, sur les Champs-Elysées.
Les gilets jaunes sont infiltrés par des groupuscules violents, qui n'ont qu'un seul but, l'affrontement avec les forces de l'ordre, la destruction des biens publics et privés, mettant ainsi en échec les forces de l'ordre en présence.
En y regardant d'un peu plus près, nous sommes dans un état insurrectionnel permanent, qui s'apparente plus, à une forme de guerre civile. Ces personnes brûlent, pillent des biens et des commerces, cassent et détériorent tout se qui se trouve à portée de leurs mains. Ils jettent sur les forces de l'ordre cocktail molotov, pavés, bille d'acier et tout ce qui peut servir de projectiles, dans le seul but de blesser, voir de tuer.
Il est temps de siffler la fin de la partie. Rétablissons l'état d'urgence, interdisons toutes manifestations jusqu'à nouvel ordre. Faisons pression sur les groupuscules connus, dont certains membres ont déjà été arrêtés. Affichons une fermeté sans faille et faisons comparaître en justice, les éléments perturbateurs, en les condamnant à des peines exemplaires, afin de dissuader ceux qui voudraient s'en prendre à nos institutions.
Car en fait, c'est bien de cela qu'il s'agit, se servir d'une revendication légitime, pour mettre le pays à feu et à sang.
Le Grand débat national n'aura été qu'une façade pour prendre du temps, afin d'arriver aux élections Européennes, en situation favorable pour remporter ces élections.
Pendant ce temps là, les réclamations sociales des gilets jaunes, n'ont toujours pas été reconnues et aucune mesure probante n'on été prise.
Notre pays s'enlise dans le déni. La non reconnaissance des besoins d'une partie de nos concitoyens, qui ont du mal à boucler les fins de mois, pendant que d'autres gagnent dans une année, ce qu'ils n'arriveraient pas à gagner, durant toute leur vie. Ils ont le sentiment d'être les oubliés, les sacrifiés d'une société qui leur jette à la figure des richesses énormes, lorsque eux, avec leur maigre salaire arrivent à peine à vivre.
Alors oui, on comprend mieux leur désarroi, leur colère, face à cette injustice permanente, laissant sur le bord du chemin, ceux qui ne sont pas bien nés, les petits et les sans grades, issus de milieux familiaux bien souvent défavorisés, qui ne peuvent pas leur offrir la réussite sociale que nous avons connu, à l'époque des 30 glorieuses.
A cette époque, chacun avait sa chance de réussir. Un fils d'ouvrier pouvait devenir chef d'entreprise, voir pour certains faire une carrière politique, comme député et même Ministre.
Or aujourd'hui, pour obtenir tous ces postes prestigieux, il faut avoir fait des études supérieures, être énarque et encore, vous n'êtes pas sur de faire partie des heureux élus.
Alors bien sur, si vous ne faites pas partie de ceux là, au mieux vous pouvez faire partie de la classe moyenne, celle que le gouvernement aime bien, car c'est en partie celle qui paie régulièrement des impôts sur le revenu.
Alors, sommes nous condamnés à subir les aléas de la finance toute notre vie. Non bien sur, tout dépend des choix de nos hommes politiques. Arrêtons la course à l'enrichissement personnel. Donnons du travail à chacun et payons les correctement , afin qu'ils puissent vivre dignement du fruit de leur travail, en leur permettant d'avoir une vie descente, faite de valeur de réussite et de bonheur.
Ainsi notre pays retrouvera le calme, la sérénité et le bien être social dont il a vraiment besoin.

Florence Parly "je ne veux pas d'une Europe sans défense":

Paulo #Société

Je ne veux pas d'une Europe sans défense:
Cette déclaration de Madame Florence Parly (O.F. du 15/03/2019)
Ce sujet resurgit régulièrement, comme un vieux serpent de mer, il faut mettre en place une défense Européenne. L'idée ne date pas d'hier. Mais, est-ce que tous les états membres se sentent concernés? qui doit y participer et comment? avec quel moyen et sous quel commandement? Qui décide qui fait quoi et quel sera le montant de la participation, financière, par rapport au "PIB" de chaque état membre. Beaucoup de questions qui restent en suspend. C'est bien d'y penser, mais comment tout cela peut s'organiser. Les bonnes intentions ne suffisent pas, maintenant il faut passer aux actes.
Quid? que faisons nous des accords avec l'OTAN? Certains états membres sont déjà bien engagés avec l'implantation d'un système de défense sur leur territoire (voir les accords passés entre la Pologne et les Etats Unis). Ce serait bien étonnant qu'ils changent leur système de défense. Tout cela semble bien compliqué et difficile à mettre en place.
Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants, je vous engage à mire l'article de l'ASDAF de Mars 2019* "Défense, l'Europe impuissante"/.

Afficher plus d'articles

Facebook Twitter RSS Contact