Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Jean-Vincent Placé pète les plombs:

Paulo

Jean-Vincent Placé, ex secrétaire d'Etat et colonel de réserve des Forces Spéciales, pète les plombs:

Je publiais un article le 22 mai 2016, intitulé: qui est vraiment Jean-Vincent Placé.

Je dénonçais l'ambiguïté du personnage, à la recherche du pouvoir, d'un égo surdimensionné et d'un cynisme affiché. C'est lui qui un temps, ne payait pas ses contraventions.

Il a terminé sa carrière politique dans le gouvernement de Manuel Valls, où d'ailleurs, il n'a jamais pris d'initiative, si ce n'est celle de profiter de son poste de secrétaire d'Etat, pour se faire nommer colonel de réserve dans les forces spéciales. Les forces spéciales n'en sont toujours pas revenu, d'avoir une telle recrue.

Voilà que ce Monsieur fait à nouveau parler de lui, mais cette fois d'une manière moins reluisante.

Cet ancien EELV, un temps démissionnaire de son groupe, à créé, en tandem avec son ami François de Rugy, le groupe écologie.

Cet ambitieux personnage manque de bonnes manières. Il vient d'être condamné à six mois avec sursis, pour violences et propos racistes.

La recrue des forces spéciales a du se croire sur un champ de manœuvre, apostrophant les personnes qui se trouvaient dans un bar, de façon injurieuse, raciste et outrageant les agents qui venaient l'interpeller.

Six mois avec sursis, mise à l'épreuve deux ans et 1000€ d'amende, c'est beaucoup de mansuétude pour un individu qui s'est comporté comme un soudard et un déshonneur pour les institutions Républicaines dont il a été un membre.

La nouvelle version du policier qui change tout:

Paulo

La nouvelle version du policier qui change tout:

En effet, si le policier donne une nouvelle version, qu'il qualifie "d'accident", alors bien sur, le Procureur de la République de Nantes, Mr SENNES, s'en tient à la qualification des faits, il ne s'agit pas de légitime défense, comme on pouvait le penser au début, mais de coups et blessures ayant entraîné la mort, sans intention de la donner. De ce fait, il se trouve mis en examen et la justice suivra son cours.

Au regard des événements et sans vouloir minimiser la faute du policier, le comportement de Mr. Aboubakar Fofana, est bien à l'origine de ce malencontreux tir, qui lui aura coûté la vie.
Encore une fois, le contexte environnemental de violence répétée au Breil, foyer d'incidents majeurs, avec usage d'arme à feu, qui a déjà eu comme conséquence, une jeune fille blessée en fermant ses volets. Les affrontements entre bandes rivales qui se disputent un marché juteux de vente de drogue, deal et vente de drogue au quotidien.

Pour faire cesser ces pratiques, on met des patrouilles de CRS ou de gendarmes mobiles, en surveillance. Leur travail, c'est le maintien de l'ordre, ils n'ont pas la formation d'un enquêteur et ne sont pas des officiers de police judiciaire. Il est vraisemblable que la présence d'un OPJ parmi eux, aurait peut être pu éviter l'usage des armes.

Quoi qu'il en soit, les actes de vandalisme qui ont suivi, sont disproportionnés et ne se justifient aucunement. Cette réaction épidermique va coûter chère aux contribuables et les détériorations sont préjudiciables à l'ensemble de la population de ces quartiers.

Cette tension permanente devait un jour éclater et si la mort de Mr. Boubakar Fofana est regrettable, elle n'excuse en rien les incidents violents qui se sont déroulés, plusieurs soirées de suite.

C'est bien un phénomène de société qui vient d'éclater au grand jour. On voit à quel point nos responsables politiques sont démunis, devant un tel déferlement de violence.
Ce ne seront pas quelques policiers qui patrouilleront de jour, voir de nuit dans ces quartiers perdus, qui y changeront quelque chose.

Il faut repenser la politique de la ville de A à Z, en y intégrant des règles strictes de respect des personnes et des biens et en y introduisant l'esprit de civisme. En condamnant avec vigueur et fermeté, tous ceux qui contreviennent à la loi.

Les valeurs Républicaines doivent être enseignées dans les écoles et des stages obligatoires pour les parents dont les enfants sont sans contrôle.

La laïcité doit être la règle pour tous et ceux qui y contreviennent doivent aussi être condamnés, sans faiblesse.

Je conclurai par cette maxime: à , "liberté, égalité, fraternité", ajoutons y "valeur, honneur, discipline, patrie".

Il est temps de prendre conscience de la dangerosité de cette situation.

Nantes, le CRS sacrifié, sur l'autel de la sécurité:

Paulo

Nantes, le CRS sacrifié sur l'autel de la sécurité:

Il ne fait pas bon d'être policier, gendarme, CRS ou gendarme mobile en ce moment.
Toujours en première ligne lors des manifestations violentes comme les "black box". Assurer la sécurité au quotidien, tout en étant la cible privilégiée des manifestants, comme cela a été le cas dans les nombreuses interventions, notamment avec les zadistes de NDDL. Participer au rétablissement de l'ordre, lors d'émeutes, face aux émeutiers, toujours prêt à en découdre.

J'arrête là la liste des situations auxquelles les forces de l'ordre sont régulièrement confrontées.
Je ne vous citerai pas la liste des morts en service et des blessés graves dans leur rang, et pourtant on leur en demande toujours plus, de faire profile bas, d'encaisser les coups durs et d'accepter de bon cœur, leur exposition aux risques de leur vie, leur mal être, de voir que chez eux les suicides sont en augmentation ( une étude a été faite dernièrement et les places en première ligne dans notre société).

Les autorités dans leur Ministère et ceux bien à l'abri dans leur bureau, seront les premiers à les blâmer, si malheureusement une situation se complique.

Ils seront toujours les premiers à subir la vindicte populaire, lâcher trop souvent par leur hiérarchie et mis en accusation pour calmer la clameur populaire.

Ils sont un peu comme le jeu de quille, qui tombe et ne se relève pas.

Depuis plus de 50 ans, j'entends parler de la politique de la ville et des quartiers abandonnés de notre territoire. Des mesures ont été prises pour améliorer les conditions de vie des plus démunis. Des efforts sans précédent, tant sur le plan humain, financier et matériel. Cela n'empêche pas les bénéficiaires à détruire ces lieux de vie qui leurs sont destinés et ce sera la collectivité locale et nationale qui sera pénalisée pour les réaliser à nouveau.

Ces hordes sauvages arrivent à soumettre les autorités locales et nationales et les rendent frileuses , apeurées , prêtent à sacrifier ceux qui pourtant, œuvre tous les jours pour la sécurité de tous.

A ce petit jeu du gagnant, perdant, il n'est pas à exclure que nous soyons un jour, obligés à prendre des mesures encore plus coercitive, afin de maintenir l'ordre et assurer correctement la sécurité de nos concitoyens.

Après le Chicago Marseillais, nous avons le Nantais:

Paulo

Après le Chicago Marseillais, nous avons le Nantais:

Nantes et ses quartiers sensibles ne sont pas épargnés par la violence urbaine.

La police elle même le reconnaît, elle est dépassée par le trafic de la drogue, qui s'installe durablement, non seulement dans les quartiers traditionnellement impliqués dans ces trafics et les dealeurs qui s'affrontent régulièrement et échangent des tirs d'armes à feu de tous calibres.
Dernièrement, c'est une jeune fille dans la quartier du Breil aux Dervallières , réputés pour ses dealeurs, qui a été légèrement blessée par une arme à feu, alors qu'elle fermait les fenêtres de son appartement, au cours d'un échange de tir entre bandes rivales.

Hier, au cours d'un contrôle d'un véhicule, dans le même quartier, le conducteur a refuser de se soumettre au contrôle, engageant une marche arrière, alors qu'un CRS se trouvait sur la trajectoire du véhicule, il a eu le temps de s'écarter, mais il a été percuté au genou, le blessant légèrement.

Son collègue a riposter par un tir qui a atteint le chauffeur à la carotide. Ce dernier ne survivra pas à ses blessures. Les jeunes du quartier on voulu venger leur ami, en déclenchant une attaque contre les CRS, brûlant plusieurs voitures, ainsi que des poubelles, à l'aide de cocktail molotov.

Evidemment, on s'en doutait un peu, certaines personnes parlent de bavures policières. A l'inverse, si un policier avait été écrasé par le véhicule, on aurait tout simplement relevé, un incident malheureux. Mieux vaut écraser un policier que de tuer un petit malfrat, qui au demeurant été recherché avec un mandat d'arrêt.

On parle aussi de tir sans sommation! les gens disent n'importe quoi. Le véhicule dans le cas présent était devenu une arme par destination et le policier a fait usage de son arme, dans le cadre de la légitime défense.

Alors de grâce, laissons à la justice faire son travail et les policiers le leur et arrêtons de fustiger en permanence ceux qui sont victimes de petits voyous qui n'hésiteraient à tuer un policier, s'ils le pouvaient. Ces derniers savent bien qu'ils ne risquent pas grand chose, puisque de toute manière les peines infligées, ne sont pratiquement jamais exécutées.

Ne cherchons pas à modifier notre histoire:

Paulo

Ne cherchons pas à modifier notre histoire:

Quand Madame Hidalgo dit que la France n'est pas au rendez-vous de son histoire, mais de quelle histoire parle t elle?

Celle de nos valeureux ancêtres qui ont fait le beau pays qui est le nôtre. Ou bien celle d'un pays où justement, son histoire passée, sa culture et ses valeurs sont souvent remis en cause, par ceux qui viennent s'installer chez nous et ne partagent pas toujours ces valeurs. Ce serait pourtant le moins qu'ils devraient faire, quand nous les accueillons.

Si l'on doit parler d'histoire, alors gardons nous bien de protéger la nôtre, car elle a souvent été écrite avec des larmes et du sang.

C'est cette histoire, celle de la mémoire qui m'intéresse et non celle que l'on voudrait m'imposer.

Madame Hidalgo, relisez un peu la vrai histoire de notre pays et vous verrez qu'il n'y a pas besoin de la réécrire, mais de la poursuivre dans l'idée de ceux qui l'on réellement écrite.

Libération prochaine de 450 détenus radicalisés:

Paulo

Libération prochaine de 450 personnes radicalisées:

Sidération, consternation, voir incompréhension, 450 détenus radicalisés sortiront de prison, d'ici la fin de l'année 2019.

Ils viendront grossir le nombre de fichés "S".
En avril 2017, on en dénombrait environ 12000.
Depuis le retour des djihadistes qui ont combattu en Irak et en Syrie, leur nombre a singulièrement augmenté.

Une belle petite armée en somme, mais celle là, elle ne combattra pas pour la France, plutôt contre elle. C'est vrai qu'à l'échelle du pays, cela ne représente pas 1% de notre population.
Ce n'est pas tellement le nombre que nous devons craindre, mais plutôt leur détermination, leur organisation et leur volonté de nuire au pays dont il rejette la culture, le fondement basé sur les droits de l'homme et notre laïcité.

Ils sont pratiquement tous Français (droit du sol), mais ils haïssent le pays dont ils jouissent de tous les avantages (les soins, l'éducation et toutes les aides sociales qui leurs sont versés).

Ils sont des loups sanguinaires, lâchés au milieu du troupeau de brebis que nous représentons et dont beaucoup fuit le danger sans se retourner, de peur de devoir l'affronter.

Tristesse et désolation font d'un pays autrefois conquérant, une cible facile composée de pleutres, fuyant le danger, au lieu de lui faire face.

Dans toute civilisation il y a eu des périodes glorieuses et d'autres d'abattement et d'anéantissement.
Sommes nous à la croisée des chemins.

Quand les copains et les coquins s'associent pour échapper aux poursuites juidiciaires:

Paulo

Quand les copains et les coquins s'associent pour échapper aux poursuites judiciaires:

Quelle image renvoyée par d'anciens responsables ayant pour certains occupés les plus hautes fonctions Ministérielles.

Une fois de plus, le canard enchaîné met en évidence des révélations de la plus haute importance, concernant un ancien garde des Sceaux, Monsieur Jean-Jacques URVOAS, sous la Présidence de François, Hollande.

Il vient d'être mis en examen par la Cour de Justice de la République (CJR), pour avoir transmis des informations, sur une enquête fiscale concernant le député Thierry Solère, ( ancien LR devenu LREM).

Comment voulez vous qu'un citoyen ordinaire, accepte de bon cœur, les contraintes qu'on lui impose (administratives et fiscales), quand il voit que d'éminents responsables qui se comportent comme des voyous?

Aujourd'hui, épreuves de Philo et le Français:

Paulo

Aujourd'hui ce sont les épreuves de philo et le Français:

750 000 candidats pour les épreuves de philo et le Français.

De plus en plus de jeunes passent ces épreuves. Tant mieux, cela prouve que nos jeunes sont de mieux en mieux formés et éduqués et que certains d'entre eux, poursuivront des études supérieures.

L'éducation étant la meilleure source de réussite dans la future vie professionnelle, on ne peut qu'encourager nos jeunes à poursuivre des études supérieures, car tôt ou tard, ils récupèreront le fruit de leurs efforts.

Ce matin, un article sur Ouest-France a retenu mon attention. Il s'agit d'une jeune fille handicapée moteur qui passent les épreuves du bac. Elle ne peut communiquer qu'à l'aide d'une tablette tactile, dont elle se sert, uniquement avec le pouce de son pied gauche. Les autres membres ne fonctionnent pas, ainsi que la parole qui lui fait défaut. Ses capacités intellectuelles sont intactes. Bien évidemment, il lui faut beaucoup plus de temps, pour transcrire une réponse. Elle n'aura qu'un tiers de temps supplémentaire par épreuve, par rapport aux autres candidats.

On ne peut qu'être admiratif devant autant de courage, de volonté et de détermination.
Quel modèle d'exemple dont devrait s'inspirer beaucoup de nos jeunes qui eux, possèdent toutes leurs facultés physiques et intellectuelles.

Un déni de justice:

Paulo #Société

Un déni de justice:

"Projet agricole" des zadistes, "foutaise", cosignée par les représentants de l'Etat, comme s'il s'agissait d'une prime de guerre demandée, pour avoir combattu le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui a été abandonné, mais dont les occupants illégaux demandaient une contrepartie. Ils auront gagné sur toute la ligne, pendant que de jeunes agriculteurs s'éreintent pour joindre les deux bouts, quand eux, sont passés par toutes les filières agricoles et a qui on ne fait pas de cadeau.

Un nouveau déni de justice et un deux poids, deux mesures.

C'est une très belle image que nous donnons pour les futures occupations, car les zadistes l'on bien compris, s'ils veulent quelque chose gratuitement, ils doivent tout casser avant et ça, ils savent le faire.

Publié depuis Overblog

Paulo #Société

Les anciens combattants de l'UNC de Sautron se sont rassemblés pour une cérémonie commémorative du 8 Mai 1945, marquant le 73 e anniversaire de la victoire, sur le nazisme et la renaissance pour la liberté de notre nation.

Afficher plus d'articles

Facebook Twitter RSS Contact