Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Publié depuis Overblog et Twitter

Paulo #sécurité

Notre Dame des Landes, les zadistes font parler d'eux:
Ils s'en sont pris aux gendarmes qui assistaient un huissier, dans une procédure d'expulsion, au lieu-dit l'Epine, commune de Notre Dame des Landes.
Cagoulés, armés de batte de base-Ball, ils s'en sont pris au véhicule des forces de l'ordre, en brisant les vitres et en y mettant le feu, à l'aide d'une fusée de détresse. Bien renseignés sur la présence des gendarmes, sur le lieu de l'expulsion, c'est la deuxième fois en mo...ins d'un an, qu'ils s'en prennent aux gendarmes locaux, depuis l'affaire Sivens. La dernière fois, c'était en début d'année. la brigade de gendarmerie de Sautron avait fait les frais d'une attaque musclée des zadistes. C'est dernier avaient copieusement tagué la façade de la brigade.
Depuis le rejet par le Tribunal Administratif de Nantes, des recours aux opposants au projet d'aéroport, on est en droit de se poser la question, mais pourquoi ne fait-on pas évacuer la ZAD:
- Le Président de Région exige que l'Etat de droit soit rétabli;
- Le Collectif des Ailes de l'Ouest, demande de faire évacuer le site;
- L'opposant pour les prochaines élections régionales, s'interroge "qu'attend l'Etat pour procéder à l'évacuation?"
En conclusion:
La ZAD "zone à défendre" est devenue "zone à désinfecter". En effet, si l'on doit faire respecter les décisions d'un Tribunal Administratif, il y a un autre aspect et non des moindre, c'est celui de l'hygiène et de la salubrité publique. Peut on tolérer indéfiniment, qu'un secteur échappe à tous contrôles de l'Etat.
Il s'agit sans doute d'un signe de faiblesse, lié aux contours politiques, engendrés par cette situation. A l'approche des futures élections régionales, qui seront suives des élections nationales, Notre Dame des Landes fait partie de ces enjeux politiques, et tant pis pour l'état de droit.
Il est à noter, encore une fois là, le sang froid des gendarmes, qui on su contrôler la situation
!.....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact