Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

De l'Oubangui-Chari à la République Centrafricaine:

Paulo #Sécurité

de l'Oubangui-Chari à la République Centrafricaine:

Un peu d'histoire:
L'Oubangui-Chari fut un territoire français en Afrique Centrale de 1903 à 1958. Colonie, puis territoire français en 1947, il deviendra la République Centrafricaine en 1958, avant d'accéder à l'indépendance en août 1960.

C'est durant la période de 1989 à 1992 que j'y effectuais un séjour dans le cadre de la coopération et des accords de défense passés entre nos deux pays. J'étais affecté au bureau de coopération militaire, rattaché à l'ambassade de France. Mon rôle consistait essentiellement à la logistique, les logements des coopérants militaires, ainsi que la prise en charge des matériels de l'aide directe, destinés aux forces armées centrafricaines (FACA).

Cette affectation fut pour moi la découverte d'un continent, d'un pays et de ses habitants. Une expérience riche en contacts divers, tant professionnel que privé.

A cette époque le pays était calme et une certaine harmonie existait entre les différentes ethnies et les religions (musulmanes et chrétiennes).

Et puis, pour des raisons que je ne connais pas, mais certainement d'ordre politique et financière, les accords de coopération ont cessé. La France n'étant plus présente ou sous représentée, des groupes de terroristes venant essentiellement du Soudan, auxquels s'étaient adjoint des rebelles du Tchad, ont pris le pouvoir (Séléka) et commis des massacres dans la communauté chrétienne.

Alors pour se défendre, une contre guérilla s'est organisée, afin de combattre les envahisseurs (Séléka). Le pays s'enfonce dans une guerre fratricide et nous assistons à une guerre civile dévastatrice.

L'Etat Français décide de faire intervenir son armée avec l'aval de l'ONU, c'est l'opération Barkane. L'armée Française stop l'hégémonie du à la guerre civile et doit au bout d'un certain temps, laisser la place aux forces Onusiennes.

Les belligérants ne sentant plus la présence exercée par l'armée française, reprennent de plus belle leur guérilla et le pays se trouve partagé en deux, avec les musulmans au Nord-Est et le pouvoir central à Bangui, gère le Sud-Ouest.

Cette situation ne satisfait personne, seul un statut quo maintient un semblant de stabilité.
Pendant ce temps là, la Chine est omniprésente dans une partie de l'Afrique et les Russes s'installent sur ceux que la France a abandonnée.

On peut alors se poser la question, pourquoi n'avons nous pas su tirer profit de notre expérience africaine?

On peut se dire, mais quel gâchis et que de temps et d'énergie perdue. Si c'était pour en arriver là, n'aurions nous pas du quitter la Centrafrique dès son indépendance en 1958. Elle s'en serait peut être mieux sortie sans nous?

Il faut croire que l'aide technique et financière, difficilement chiffrable, n'auront servi à rien.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact