Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Notre pays malade d'une partie de sa jeunesse:

Paulo
Notre pays malade d'une partie de sa jeunesse
Prologue:
Il y a un peu plus de 80 ans, la France était envahie et occupée par l'armée allemande.
Pétain avait rendu les armes et c'était soumis aux volontés de l'occupant, en créant le gouvernement de Vichy, aux ordres de l'occupant.
Certes des les premiers jours, Le Général de Gaulle exilé en Angleterre faisait une déclaration le 18 juin 1940 "la France à perdu une bataille, mais elle n'a pas perdu la guerre", invitant tous ceux, où qu'ils se trouvent de le rejoindre et à continuer le combat. Combien de cette jeunesse d'alors sont entrés en résistance pour combattre l'ennemi et combien sont morts, alors qu'ils n'avaient à peine 20 ans.
Si je rappelle cette époque, c'est aussi pour faire un parallèle, avec une certaine jeunesse d'aujourd'hui. Beaucoup d'entre eux sont issus de parents de la génération "il est interdit d'interdire". Ils vivent dans une société où tout est fait pour profiter des loisirs, vivre sans contrainte, se donner du plaisir. Ils sont contre l'ordre établi, bafouent les règles sanitaires et transgressent les décisions prises par les autorités, qu'elles soient nationales ou régionales. Ils ont adapté la chanson de Dario Moreno " tout l'amour que j'ai pour toi" par un nouveau titre "tout l'amour que j'ai pour moi". Cette égoïsme, ce manque de rigueur morale et civique, pour leurs concitoyens et plus particulièrement leur aînés, leurs parents et grands-parents, ce manque d'empathie sont la marque d'indifférence aux autres et surtout la dégradation sociale et morale d'une société, dont ils seront les futurs acteurs.
Oui, j'ai de la peine pour eux et je me pose souvent cette question, comment en sommes nous arrivés là.
La première réponse serait peut être, la société elle même. Qu'avons nous fait, ou plutôt pas fait pour en arriver là. Je pense que nos formateurs, nos éducateurs, les parents eux-mêmes n'ont pas été à la hauteur des enjeux, des engagements pour leur apprendre le bien vivre ensemble, le rejet de l'autre et celui de l'ordre établi.
Une lueur d'espoir toutefois, c'est souvent devant les difficultés que nos concitoyens ont su se rassembler et faire front devant l'adversité.
Aujourd'hui, la COVID 19 nous oblige à nous serrer les coudes et nous sommes responsables par nos comportements, le respect des règles sanitaires, avec l'espoir d'un vaccin, de réussir avec nos soignants de le combattre et finir par l'éradiquer .
Le rassemblement de 2500 teufeurs en Bretagne est le mauvais exemple qu'il ne faut pas suivre et surtout reproduire. Soyons solidaire et comme nos aînés nous l'on montré par le passé, nous vaincrons cette pandémie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact