Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Je dénonce ceux qui dénoncent

Paulo #Société

article sur Ouest-France en date du 17 mars 2021 qui dénonce les tortures durant la guerre d'Algérie.

e dénonce ceux qui dénoncent:
En lisant cette déclaration, je suis partagé de plusieurs sentiments, voir même de ressentiments.
Nous savons tous, du moins ceux qui ont connu l'époque de la guerre d'Algérie, ce qu'il faut rappeler, car au début des événements, on ne parlait pas de guerre, mais d'opérations de maintien de l'ordre. On c'est vite rendu compte que nous étions en guerre, dans un département Français, et que notre ennemi était le FLN et les terroristes, les fellaghas. Bien équipé, ils occupaient un terrain qu'ils connaissaient bien, puisqu'ils étaient chez eux. Ils se battaient pour leur indépendance, pendant que nos responsables mobilisaient les jeunes appelés, pour aller les combattre. Or, ces jeunes appelés, voir pour certains des rappelés, n'avaient aucune notion de la guerre qui les attendaient.
Sans refaire l'histoire de la guerre d'Algérie, cette guerre a été désastreuse à bien des égards. Nos jeunes appelés étaient encadrés par des gradés et des officiers, souvent aguerris, puisque beaucoup d'entre eux avaient connu la guerre 39/45 et les combats en Indochine.
J'en reviens à la déclaration faite par cet ancien combattant de la guerre d'Algérie. Pourquoi avoir attendu 60 ans pour faire cette déclaration sur les tortures effectuées durant la guerre d'Algérie, dans quel but et qu'elles en sont les raisons?
En dehors du fait de dénoncer les tortures qui ont eu lieu, personne ne les nie, puisque le général Aussaresses les a lui même reconnues et dirigées, lorsqu'il était officier de renseignements à Alger, durant cette période douloureuse de la bataille d'Alger.
Effectivement, si on peut déplorer ces actes de torture, dans le même temps, il ne faut pas ignorer celles que nous faisaient subir les combattants du FLN, qui n'avaient rien à nous envier, combien de crimes ont été commis à cette époque.
Donc, je me pose encore la question. Qu'elle est le but recherché par la déclaration ciblée, dans un environnement contraint (rappelez vous les crimes contre l'humanité de notre président, en rappelant les guerres coloniales). On sent bien le fait politique exploité, qui nous dirige vers le renoncement et aboutir à l'aveux de repentance, qui se profile à l'approche des élections présidentielles. En effet, il faut plaire et aller chercher les voix des français d'origine musulmane, qui sont environ 8 millions, ça fait un beau potentiel d'électeurs.
C'est faire insulte à nos morts, aux anciens combattants de cette guerre, qui sont il est vrai de moins en moins nombreux.
C'est sans doute un peu aussi pour cela, que nous entendons de plus en plus de déclarations intempestives sur la guerre d'Algérie.
Il y a 50 ans, aucun ancien combattant n'aurait oser faire une telle déclaration. Les anciens combattants de l'époque auraient réagi avec fermeté et les autorités de l'époque auraient condamnées ce genre de déclaration.
Afin que nos instances dirigeantes, je parle de l'ONAC et de notre secrétaire d'Etat aux anciens combattants, rappellent que le devoir de mémoire doit être respecté, pour ceux qui sont morts au combat et ceux toujours en vie qui souffrent de blessures morales et d'autres physiques qu'ils ont reçu en combattant en Algérie, au nom de la France.
Arrêtons de faire l'amalgame et de jeter l'opprobre et le discrédit sur une institution qui est le rempart pour défendre les intérêts de l'Etat Nation, en tout temps et en tous lieux, le droit, la sécurité, la liberté, l'honneur de la patrie.
Soyons fier de notre armée et de son engagement, pour la défense de toutes ces valeurs.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
F
Tout a fait d’accord avec toi
Répondre
Facebook Twitter RSS Contact