Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

Doit on modifier l'ordonnance de 1945:

Paulo

Doit on modifier l'ordonnance de 1945:
Si l'ordonnance de 1945 relative à l'enfance délinquante a été mis en lace pour protéger les mineurs, en préférant l'éducation, la formation et non l'enfermement.
Il faut bien admettre que le mineur de la moitié du XXe s., n'a rien à voir avec celui du XXI e s.
Les mœurs ont beaucoup évolué, les milieux familiaux et les conditions de vie ont aussi changé. Chez certains de nos jeunes, la violence est devenue une banalité et se vie au quotidien.
Il suffit pour s'en convaincre de lire ou d'écouter la presse, pour s'en rendre compte. Il ne se passe pas un jour ou un acte violent se produit dans les quartiers, les établissements scolaires, les transports, les zones récréatives (comme le Hangar à banane à Nantes, et autres lieux festifs, dans toutes les grandes métropoles).
On assimile cette violence à un début d'apprentissage du grand banditisme.
D'ailleurs beaucoup de mineurs et jeunes adultes qui sont passés par la case prison, deviennent des récidivistes et parmi eux, certains sont devenus des terroristes.
Notre société est gangrénée et n'arrive plus à gérer et à contenir cette violence, au point que l'on pense devoir modifier l'ordonnance de 1945.
Un jeune mineur de 18 ans et moins est parfois dans les faits, un adulte qui "cogne" sans réfléchir, allant parfois jusqu'au meurtre de sa victime. Il n'est pas concevable dans notre société, de laisser un mineur agir en toute impunité.
Les moyens mis à la dispositions de différents établissements, le Ministère de la justice ne sont plus adaptés et là, comme dans d'autres domaines, le retard accumulé pour doter d'équipements techniques et humains, ne répondent plus aux besoins d'une société dépassée par le phénomène de la violence des mineurs.
Si l'on ne prend pas en considération tous ces problèmes, les zones de non droit seront de plus en plus nombreuses et deviendront incontrôlables, ce qui est en partie le cas aujourd'hui.
Des mesures ont déjà été prises, au niveau éducatif. Est ce suffisant? On se rend bien compte que non, puisque des professeurs sont agressés par certains de leurs élèves, dans les établissements scolaires.
Il faut se donner les moyens encore plus important, dans le domaine éducatif certes, mais aussi judiciaire, policier et tout ce qui peut aider à former et à encadrer cette jeunesse, notamment dans le milieu associatif et sportif. C'est souvent là qu'ils découvrent et apprennent à respecter les règles établies.
Il serait temps d'agir, avant qu'il ne soit trop tard, pour juguler cette montée de la violence chez nos jeunes.

Opérations de maintien de l'ordre

Paulo

Opérations de maintien de l'ordre:
si les grenades de désencerclement ne suffisent plus, il faudra rétablir les "OF", comme nous les utilisions en 1968 sur les barrages. Cela calmerait le jeu rapidement, alors que là, ils jouent avec les grenades qui ne leur font même plus peur. Un jour, nous finirons par avoir un mort ou plusieurs, d'un côté des forces de l'autre, ou bien de celui des manifestants.
Et puis, c'est quoi ces opérations de maintien de l'ordre avec des personnels isolés, face aux manifestants. Les motards n'auraient jamais dû se trouver seul, face aux manifestants.
Je crois qu'il y a encore du boulot à faire pour effectuer des opérations de maintien de l'ordre en toute sécurité et surtout, ne jamais se trouver isolé, c'est le béaba du maintien de l'ordre. Un homme isolé de son groupe est un homme condamné à la vindicte populaire.

Mon Film 1 Illuminations cathédrale de Nantes ...

paul Piat

Les policiers obtiennent une revalorisation de leurs salaires:

Paulo #Sécurité

Les policiers obtiennent une revalorisation de leurs salaires:
Une fois n'est pas coutume, les policiers obtiennent une revalorisation de leurs salaires.
Ils le doivent en partie aux gilets jaunes. En effet, il faut bien l'admettre, les manifestations successives des gilets jaunes, auxquelles les policiers font référence, pour leur dureté, la fatigue générée et les heures supplémentaires accumulées, a débouché sur une manifestation organisée par leurs syndicats. Sous la pression du mouvement et son l'ampleur rapporté dans les médiats, le Ministre de l'intérieur, avec l'aval du Ministre des Finances et l'accord du Président de la République, accorde une augmentation substantielle qui pourra aller jusqu'à 120€/mois pour un gardien de la Paix, voir 150€/mois pour les plus hauts gradés.
Alors, je dis bravo et force est de constater que c'est sous la pression et l'ensemble des revendications légitimes des policiers, qu'ils obtiennent satisfaction sur leurs revendications.
Un bémol toutefois: et les autres qui sont rattachés au Ministère de l'Intérieur et qui sont exposés aux mêmes contraintes, je veux parler des gendarmes, qu'en sera t il pour eux?
Cette force militaire qui participe à tous les événements de maintien de l'ordre et à laquelle, il n'a échappé à personne, que leurs interventions sur les Champs Elysées avec leurs blindés, ont changé le mode d'intervention, en faisant baisser le nombre de détériorations, par des activistes radicaux.
Comme vous le savez, les militaires sont soumis aux devoirs de réserve et ne peuvent, ni participer ou assister à des manifestations corporatives.
Est ce une raison suffisante pour les oublier et les considérer comme une force de seconde zone?
Pourtant, en période de troubles importants, voir d'actes terroristes, ces forces seront utilisées sans état d'âme par notre gouvernement, pour rétablir l'ordre dans notre pays.
Nos hommes politiques savent bien que ces forces sont indispensables pour la sécurité du pays. Eux aussi participent aux opérations de maintien de l'ordre, eux aussi sont fatigués des services à répétition qui leurs sont demandés, sans récupération d'heures supplémentaires. Pourtant, jamais vous ne les entendrez se plaindre, car ils ne sont pas représentés par des syndicats.
Raison de plus pour que ces serviteurs zélés, ne soient pas oubliés par l'Etat. qu'il sait disponible et d'ailleurs, il ne s'en prive pas, lorsque des unités (CRS) sont défaillantes. Le Président Macron avait fait cette observation, lors d'un de ses déplacements: "ah! vous, vous êtes là , en s'adressant au gendarmes mobiles", car les CRS n'avaient pas voulu assurer le service de sécurité sur le parcours du Président.
Nous constatons trop souvent que les forces de gendarmerie servent d'ajustement et qu'elles sont utilisables et corvéables à merci, sans pouvoir bénéficier des ajustements financiers qui sont accordés à nos collègues policiers et pourtant nous effectuons le même travail.
C'est quand même le rôle de notre gouvernement de faire appliquer les mêmes règles, pour l'ensemble de nos forces de sécurité, qu'elles soient de la police ou de la gendarmerie.
Là aussi, c'est une question qui devra être soumise dans le cadre du Référendum d'Initiative citoyenne.
Que nos forces de sécurité soient logés à la même enseigne, équitablement équipées, employées et rémunérées de la même manière.

J'aime une vidéo @YouTube : "La plus belle...

paul Piat

Fichés "S", quand le pays retient son souffle et compte ses morts:

Paulo

Les fichés "S", quand le pays retient son souffle et compte ses morts:

On compte aussi nos ennemis potentiels, ces fameux fichés "S", que l'on estime à environ 20.000 personnes, dont la moitié sont radicalisés et potentiellement dangereux. Ils peuvent passer à l'acte du jour au lendemain, semant la mort et la désolation, parmi des victimes innocentes et sans protection.

C'est insupportable de voir une telle violence s'abattre sans raison apparente, si ce n'est la haine et la folie entretenues par un islam radical, prônant la destruction par tous les moyens, des infidèles et des mécréants que nous sommes, au nom de leur dieu "Allah".

Peut on continuer à accepter et à supporter de tels comportements et combien d'autres victimes faudra t il pour prendre des mesures énergiques, afin d'isoler et écarter de notre société, ces fous de dieu.

Lorsque l'on regarde d'un peu plus près le parcours de certains d'entre eux, on fait toujours le même constat. Ils ont un passé élogieux de petits trafiquants, aux multiples condamnations et, ils ont fait de nombreux séjours en prison où, au contact des barbus salafistes, ils se sont radicalisés.

A leur sortie de prison, ils deviennent des loups en liberté, dans la grande bergerie "France", dont ils considèrent les habitants comme mécréants et ennemis d'Allah.

A ce titre, quand ils passent à l'acte , ils n'oublient pas de prononcer leur acte de foi: "Allah Akbar", dieu est le plus grand. Une chance il était en possession d'un pistolet automatique (PA) et non d'un pistolet mitrailleur (type kalachnikov). Ce n'est pas 3 morts que nous aurions eu, sans doute des dizaines et encore plus de blessés.

Alors, au nom de notre justice, qui interdit de les arrêter, tant qu'ils n'ont pas commis leur forfait, faudra t il continuer de voir des assassinats perpétrés dans notre pays.

Imaginez vous un instant, ne serait ce que 10.000 fichés "S" qui passent à l'action et commettent des meurtres. On ne peut pas accepter l'idée d'avoir 30.000 tués et plus de 300.000 blessés sur notre territoire, sous le seul prétexte que la loi nous interdit d'arrêter une personne, tant qu'il n'y a pas eu un début de commencement de son forfait.

Depuis que nous avons arrêté l'état d'urgence qui permettait de faire des contrôles à priori, vous êtes vous posez la question, de savoir le nombre d'armes qui circulent sur notre territoire.

Aujourd'hui avec une arme de poing, un terroriste à tué 3 personnes et plusieurs autres sont gravement blessées. Alors, quand serait il avec un pistolet mitrailleur (PM Kalachnikov).

Depuis l'affaire "Merah", la sécurité des Français est de plus en plus menacée.

Certes, des moyens humains et matériels se sont étoffés, mais cela n'empêchera jamais des actions isolées, incontrôlables et meurtrières.

Il faut donc se rendre à l'évidence et traiter les risques en amont, si l'on veut assurer correctement la sécurité des français.
C'est là le rôle de la justice et avant tout de notre gouvernement. Prévoir pour ne pas avoir à guérir.

Quand Juper se transforme en Socrate:

Paulo

Quand Jupiter se transforme en Socrate:

Après avoir régné en maître sur son royaume France, sans partage durant plus de 18 mois en décidant de l'avenir de ses sujets , n'ayant pour eux que peu d'estime, il a réussi a dresser son peuple contre lui.

Ses sujets lui réclament plus de justice et d'écoute.

Il lui faudra d'abord convaincre son peuple pour qu'il adhère à ses convictions.

C'est un peu comme en religion, il y a ceux qui adhère à la foi envers leur dieu et ceux qui doutent de leur foi et deviennent agnostique.

Cette image met en évidence le rejet des gilets jaunes envers leur Président "jupitérien".

Devant les manifestations répétées, les violences et les pillages qui ont eu lieu, après son long silence, notre Président prend la parole. Il explique qu'il a bien compris la souffrance de son peuple et regrette son manque d'empathie envers lui. Il souhaite y mettre un terme et annonce des mesures sociales qui vont dans le bon sens.

Il décide aussi comme un chef militaire qu'il se servira de ses centurions pour mettre un terme aux violences et aux outrages subis par les habitants de "Lutèce"., et autres places de la Gaulle.

Le seul ennui, c'est que des gaulois réfractaires et belliqueux, veulent poursuivre à occuper des lieux stratégiques, pouvant mettre en péril, le développement de la Gaulle.

Ils estiment que les miettes accordées, ne suffisent pas à nourrir leur espoir et leur faim légitime de plus d'estime et de reconnaissance.

Peut on alors parler de la fin d'un épisode, ou bien s'agit il du commencement du prochain?

 

Nouveau coup de coeur : Jain / Oh Man...

paul Piat

Bruno Retailleau chef des Républicains, s'adresse au 1er Ministre:

Paulo

Bruno Retailleau chef des Républicains au Sénat s'adresse au premier Ministre:

Monsieur Bruno Retailleau prononce un discours sans ambiguïté, dénonçant les violences exercées par des casseurs, n'hésitant pas à demander des peines exemplaires et un service de maintien de l'ordre, doté de moyens leur permettant d'intervenir efficacement.

Il dénonce aussi l'amateurisme et l'incapacité du gouvernement, à anticiper, sur toutes les actions de violence. Il fait par de son étonnement, sur une réaction, tardive pour supprimer les taxes sur les carburants, mais aussi sur les différentes augmentations sur les énergies fossiles, prévues pour le début de l'année 2019.

Il ne comprend pas le manque d'empathie envers les plus faibles dans notre pays, ne pas être suffisamment à l'écoute de ceux qui répètent depuis plusieurs semaines, leurs difficultés financières et toutes les contraintes qui s'accumulent et les empêchent de vivre correctement du fruit de leur travail et des fins de mois de plus en plus difficiles.

Comment pourrait il en être autrement, que de descendre dans la rue pour se faire entendre.

Ce n'est pas en culpabilisant les uns contre les autres que l'on sortira grandi d'une situation de plus en plus difficile à gérer.

Un premier geste du chef de l'Etat et de son gouvernement, suffira t il, pour calmer la colère et les esprits surchauffés.

La colère est mauvaise conseillère, mais ceux qui en sont à l'origine, sont les premiers responsables. Avant tout, le peuple veut être écouté. Alors, écoutez le!.

Tout ça, pour en arriver là:

Paulo

Tout ça, pour en arriver là:

N'aurait on pu faire autrement. Depuis le début un dialogue aurait du s'instaurer. Mais voilà lorsque l'on reste figé dans ses bottes, on n'oppose qu'un dialogue de sourd.

C'est bien joli de reste figé dans ses convictions et d'opposer qu'une fin de non recevoir. Ce manque de respect et d'empathie envers les gilets jaunes, c'était prendre le risque que la situation s'envenime.

Ne pas y avoir pensé, dénote de la part de nos dirigeants, un manque de maturité politique.

De penser que les gilets jaunes allaient s'essouffler et que par manque d'organisation, leurs mouvements de revendications allaient s'arrêter. C'étaient assez présomptueux de la part du 1er Ministre qui a carrément fermé la porte de l'écoute, aux demandes légitimes des gilets jaunes.

Les émeutes qui s'en sont suivies auraient pu être évitées, au lieu de rester campé dans une certitude: "nous sommes l'émanation du peuple et donc, nous avons raison".

La seule raison valable c'était l'écoute, l'échange, la concertation avec les personnes qui criaient leur désarroi et qui, selon les sondages, étaient soutenues par une majorité de nos concitoyens.

Monsieur Castaner, nouveau Ministre de l'Intérieur a cru lui, que ses forces de l'ordre allaient tenir la rue. Encore une bévue d'un responsable qui ne connaît pas grand chose en maintien de l'ordre .

En face d'eux, les forces de l'ordre n'avaient pas que des gilets jaunes pacifiques, mais des individus rôdés pour les affronter, équipés pour créer diversion et destruction, tant sur le plan matériel et humain.

Oui, tout ceci aurait pu être évité, si nos responsables avaient pris la mesure des enjeux. Ils portent donc une grande part de responsabilité dans les événements qui se sont produits, sur les Champs Elysées et sur l'ensemble du territoire national et aussi Outre-Mer.

Ecoutez ce que les gilets jaunes ont à vous dire et prenez des mesures d'accompagnement qu'ils réclament, et vous verrez que tout rentrera dans l'ordre.

Une bonne action vaut souvent mieux qu'un beau discours.

Afficher plus d'articles

Facebook Twitter RSS Contact