Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

securite

Les Talibans sont de retour:

Paulo #Sécurité
Les Talibans sont de retour:
A quoi faut-il s'attendre, avec le retour des Talibans en Afghanistan.
Le discours martial de notre Président, emprunt d'accent gaullien, ne laisse pas présager de lendemain facile, dans l'ombre du terrorisme.
On peut seulement souhaiter que l'Occident saura prendre toutes les mesures nécessaires à la protection des populations.
L'espérance: Mémoires de guerre-Tome III de Charles de Gaulle
"Vieille France, accablée d'histoire, meurtrie de guerres et de révolutions, allant et venant sans relâche de la grandeur au déclin, de siècle en siècle, par le génie du renouveau".
"Vieil homme, recru d'épreuves, détaché des entreprises, sentant venir le froid éternel, mais jamais las de guetter dans l'ombre la lueur de l'espérance".
Méditer ces paroles d'un homme qui a beaucoup fait pour la grandeur de la France

A quand les victimes collatérales:

Paulo #Sécurité
A quand les victimes collatérales:
Les mafieux de la drogue et les truands en tous genres, sont devenus les maîtres de la cité des ducs de Bretagne:
Un déferlement d'agressions et de violence en tous genres, sur fond de drogue, se déchaîne dans la cité Nantaise.
Les luttes armées pour conquérir de nouveaux territoires s'intensifient ces derniers jours dans les cités (Dervallières, Bellevue, Malakoff etc...). Le centre ville n'est pas épargné, là ou le deal se pratique au grand jour.
La police Nationale en sous-effectif n'arrive même plus à gérer toutes ces affaires, tellement elles sont nombreuses et répétées, dans des quartiers qui ne sont même plus sous leur contrôle.
Alors, sommes nous condamnés à subir, sans ne rien dire et ne rien faire. Cette situation donne plus l'impression que l'on subit cette violence et l'usage des armes à feu qui, pour le moment, ne concerne que des règlements de compte entre les bandes de dealeurs. Mais un jour viendra où des victimes collatérales en feront les frais.
On ne peut pas se résigner à une telle situation qui s'envenime un peu plus chaque jour.
A mon humble avis, il faut taper un grand coup avec des moyens appropriés, pour vider de sa substance cette gangrène de mafieux, qui pourrit nos quartiers.
Employons la force légale et républicaine pour anéantir cette mafia et ce commerce de dealeurs, qui prend tous les jours un peu plus d'importance, à Nantes et aux alentours.

La violence:

Paulo #Sécurité
La Violence:
Elle peut être physique ou morale, voir les deux en même temps.
La violence se banalise dans notre société du XXI è s.
Elle fait pourtant l'objet de condamnation au sens pénal du terme. Mais les faits se reproduisent chaque jour sur notre territoire, voir chaque heure et même chaque seconde. Cela va d'une simple insulte, d'un geste désobligeant et de plus en plus souvent de coups et blessures, par arme à feu, ou tout objet pouvant entraîner la mort.
Les pages de nos quotidiens font état de cette violence quotidienne. Les acteurs de cette violence sont souvent condamnés à des peines allant du sursis à des peines d'emprisonnement, ou un simple rappel à la loi.
Alors me direz-vous, que faut il faire. C'est au législateur de proposer des solutions et faire voter de nouvelles lois plus contraignantes. Les lois, on en manque pas. Ce sont les moyens de les faire appliquer qui font défaut.
Il n'y a rien de pire qu'une solution d'impunité. C'est tout simplement inciter les auteurs à continuer. Chaque comportement déviant doit être sanctionné et la sanction doit être applicable immédiatement. Cela peut aller à une peine de travail d'intérêt général, à une condamnation de prison, sans attendre 6 mois pour devoir prendre une décision.
Donnons à notre justice les moyens nécessaires, pour qu'elle puisse travailler dans de bonnes conditions.
Quand les peines encourues sont exécutées immédiatement, elles marquent d'avantage les auteurs de ces violences.
Il faut condamner les auteurs de violences, les rééduquer, lorsque c'est possible et faire appliquer immédiatement la condamnation.

L'insécurité sera le tendon d'Achille de LREM:

Paulo #Sécurité
L'insécurité sera le tendon d'Achille de LREM:
Il ne faut pas vous y tromper, le curseur de l'insécurité est au plus haut. Les attaques au couteau par des personnes radicalisées ne cessent d'augmenter. La dernière attaque vient de se produire dans la ville de la Chapelle-sur-Erdre, qui se situe dans l'agglomération Nantaise. Elle se trouve dans un cadre idyllique, auprès de l'une des plus belles rivières de France, L'Erdre. Les habitants, les Chapelains sont sous le choc, après l'agression d'une policière municipale de leur commune.
Une information rassurante, la vie de cette policière municipale n'est pas en danger, malgré les graves blessures qu'elle a reçu au jambes.
Son agresseur un temps en fuite a été localisé et après des échanges de coups de feu avec les gendarmes, il a été tué et deux gendarmes sont blessés. Bien sur, nous souhaitons un prompt rétablissement à cette policière municipale et aux deux gendarmes blessés.
Si nous analysons d'un peu plus près ce fait divers d'une grande violence, il apparaît que même dans les communes réputées pour leur tranquillité et leur calme, le danger rôde et une attaque contre les forces de l'ordre, est à l'ordre du jour. Si des mesures sécuritaires seront prises, afin d'éviter que de tels attaques ne se reproduisent, d'autres victimes innocentes peuvent elles, en faire les frais. Ces barbares radicalisés sont près à passer à l'action, dans des lieux où on les attend le moins. Résultat, l'insécurité c'est partout, en tout temps et en tout lieu.
Je l'ai déjà dit et écrit. L'insécurité, c'est l'affaire de tous les concitoyens. En priorité les forces de l'ordre dont c'est l'une de leurs missions importantes, mais chaque citoyen doit prendre conscience que, compte tenu de la montée de la violence, il doit, dans un acte de civisme, faire remonter les informations, lorsqu'il constate des personnes ayant des comportement douteux, et croyez moi, ce n'est pas de la délation, cela peu parfois servir à sauver des vies.
Des actions sont déjà menées dans ce sens. Il s'agit de protocole de participation citoyenne qui met en relation des référents d'une commune, avec le Maire, la police ou la gendarmerie et le Préfet.
Alors n'attendons plus et faisons en sorte d'assurer au maximum la sécurité de nos concitoyens.

Encore un policier de tué en service:

Paulo #Sécurité
Encore un policier de tué en service:
On en finira donc jamais avec cette hécatombe de policiers tués en service, notamment au cours d'une opération antidrogue. On arrête pas de le répéter, dans notre pays, la loi n'est plus respectée, seule la loi du plus fort et l'usage des armes font force de lois et les voyous, truands en tous genres, font leur propre loi et assassinent ceux qui sont chargés de faire respecter la loi Républicaine.
Il n'y a plus de règles avec ces gens là, seule la force prédomine. La seule chose qu'il connaisse, c'est l'usage des armes. Pour les contraindre à respecter les lois, il faut faire un usage préventif des armes, avant qu'un policier ou un gendarme ne perdent la vie au cours d'une intervention, comme celle qui a couté la vie à un policier. Leur armement un pistolet automatique (PA) n'est pas approprié dans l'exécution de certains services. On doit les doter d'armes de guerre, comme celles utilisées dans les forces spéciales. Quand on sait que les truands utilisent des Kalachnikovs, ce n'est pas avec un (PA) que l'on doit riposter pour se défendre. Lorsqu'ils verront qu'en face d'eux, les policiers sont armés d'un armement aussi puissant que le leur, ils réfléchiront à deux fois avant de se servir de leurs armes.
Pour une fois, je mets de côté la légitime défense, dont les policiers sont souvent les premières victimes. Il faut appliquer celle du talion "oeil pour oeil, dent pour dent". Pour moi la vie d'un policier ou d'un gendarme est plus importante que celle d'un voyou, d'un truand ou d'un malfrat.
Notre gouvernement devrait réfléchir à cette situation qui devient de plus en plus dangereuse pour les représentants de la loi et ce serait bien que ce soit maintenant et non des promesses électorales juste avant les élections.

La tribune du quarteron des généraux:

Paulo #Sécurité
La tribune du quarteron des généraux:
Lorsque notre pays est au bord du chaos et que la sécurité de nos concitoyens n'est plus correctement assurée, l'affaire de Rambouillet en est un exemple. Que la police et la Gendarmerie sont devenues la cible privilégiée des terroristes islamiques et des voyous en tous genres, il ne faudrait pas grand chose pour que nous soyons au bord d'une lutte armée, dans certains territoires perdus de la République.
C'est alors que seuls nos armées seront en capacité de rétablir l'ordre républicain et, à n'en pas douter, ce sera par les armes que nous pourront retrouver cet ordre.
Le quarteron de généraux n'est que la partie cachée et le vecteur de notre incapacité à maintenir l'ordre, la cohésion et la sécurité dans notre pays.

L'obscurantisme à encore frappé à Rambouillet:

Paulo #Sécurité
L'obscurantisme a encore frappé à Rambouillet:
Jusqu'où faudra t il aller pour que l'on prenne conscience du ras le bol de nos concitoyens qui ne comprennent pas que l'on puisse égorger une personne, aussi facilement qu'un mouton dans l'abattoir. Le ver est dans le fruit. Que notre pays sert d'asile à des détraquer qui tuent au nom de leur religion, l'islam. Des fous furieux qui tuent au nom de leur dieu, en citant Allah Akbar "dieu est le plus grand". Imaginez vous un instant, brandissant un couteau au passage d'une femme dans votre rue et de la frapper à la gorge en disant "jésus est le plus grand". Comment peut on tuer un innocent, au nom d'un dieu, quel que soit la religion.
Il serait peut être temps de regarder d'un peu plus près ce qu'il se passe chez nous. La France a été de tous temps une terre d'accueil. Ce n'est pas une raison d'y accueillir tout et n'importe quoi. Le Maghreb s'est invité chez nous: Tunisie, Algérie, Maroc. Ils viennent chez nous pour bénéficier des aides sociales, des soins gratuits, de l'école pour leurs enfants et de la cantine gratuite, en profitant du regroupement familial. En guise de remerciements, ils vous égorgent au nom d'Allah. Ce n'est pas acceptable. Il y a eu trop de morts provoqués par des personnes originaires du Maghreb. Nous laissons entrer chez nous des personnes originaires de l'Afrique Subsaharienne. Pour quelles raisons, elles n'ont pas obligatoirement le statut de réfugié. Pour quelle raison devrions nous tous les accepter. Ce n'est plus du droit d'asile, c'est de l'autorisation d'invasion.
Je pense que trop, c'est trop et que le laxisme de l'état dans ce domaine, sera sanctionné aux prochaines élections, car la sécurité des Français n'est plus assurée correctement..

l'insécurité dans notre pays:

Paulo #Sécurité
L'insécurité dans notre pays:
Une probabilité, et bien non, c'est une évidence. de jours en jour, nous la voyons progresser. Personne n'est à l'abri et peut être la victime collatérale d'un échange de coups de feu, d'une voiture folle qui circule à contresens ou qui ne respecte pas la limitation de vitesse en ville, voir qui fait du rodéo dans son quartier. Tous ces comportements dangereux prennent de plus en plus de place dans notre quotidien. Sans compter les règlements de compte, les guerres de territoire entre dealers. L'usage d'armes à feu se fait au grand jour. Ces petits malfrats ne craignent plus personne et n'hésitent surtout pas à affronter les forces de l'ordre. Lorsqu'ils sont arrêtés, ils savent que les condamnations seront désuètes, par rapport aux délits commis. Nous assistons à une montée de violence sans précédent. L'action combinée due au climat sanitaire et sociale, monopolise les forces de l'ordre qui ne sont plus disponibles pour intervenir sur des lieux de délits. Les petits voyous le savent bien et s'en donnent à coeur joie.
Pour faire face à cette montée de violence et pour la contenir, il faudrait le double des effectifs de police et de gendarmerie. Dans le contexte de: "quoi qu'il en coûte". Ce n'est pas la priorité du gouvernement. Et comment pourrait il en être autrement, quand la dette de notre pays s'élève à 117% de notre produit intérieur brut (P.I.B.)
Alors devons nous continuer à subir en restant les bras croisés?
C'est malheureux à dire, mais l'emploi de l'état d'urgence ne correspond pas aux origines du décret d'Etat d'urgence en 1958.
Lorsque l'on voit l'usage des armes de guerre qui circulent sur l'ensemble du territoire national. Ce n'est pas l'état d'urgence qu'il faudra prendre, mais peut être l'état de siège, compte tenu de la gravité exponentielle de l'usage des armes. Si l'état de siège est prononcé, c'est l'armée qui aura en charge la sécurité de notre pays et qui sera chargée du rétablissement de l'ordre. C'est un peu ce que nous risquons, si nous ne voulons pas voir les prémices d'une guerre civile.?

Incivilité au quotidien, coups et blessures:

Paulo #Sécurité
Incivilité au quotidien, coups et blessures:
Ce fait divers qui vient de se produire dans une supérette à Rezé. Deux jeunes mineurs auxquels une employée du magasin faisait une remarque, afin qu'ils portent correctement leur masque, s'en sont pris a elle, en lui portant un coup de poing, ainsi qu'au vigile qui intervenait pour protéger cette employée. Ils ont été appréhendés, conduit au Commissariat Central de Nantes, libérés après leur garde à vue, ils seront présentés au tribunal pour enfants (s'agissant de mineurs de 15 ans).
Une incivilité de plus me direz vous. Elles deviennent tellement quotidiennes, que l'on finit par s'y habituer, voir même s'en désintéresser. Pourtant cette montée de violence à répétition devrait nous interroger, voir nous interpeller. Méfions nous de cette banalisation et de ses conséquences. C'est bien de la jeunesse dont on parle. Certains d'entre eux, issus des quartiers difficiles, deviendront les petits caïds de demain qui pourrissent la vie des habitants de ces quartiers (Dervallières, Bellevue, Malakoff), pour ne citer que ceux là. Certains de ces jeunes, seront les multirécidivistes de demain, au lourd passé judiciaire, impliqués dans le grand banditisme. Là aussi, il suffit de voir ce qui se passe près de chez nous. Je ne parle pas des villes suburbaines dans lesquelles nous habitons et qui échappent encore à ce fléau de la montée de violence, mais jusqu'à quand y échapperons nous.
La question que l'on pourrait se poser, c'est que faisons nous pour améliorer cette situation, voir éradiquer cette violence.
Les faits ne remontent pas à hier. Nous avons connu les débuts de la politique de la ville, il y a environ 30 ans. Au début cette politique avait pour but de construire des logements, de mettre en place des moyens administratifs et sociaux, des écoles, des antennes de la police nationale, des commerces, des transports, dans toutes ces nouvelles cités. Encore de nos jours, nous apportons toujours de nouveaux moyens par centaines de millions d'euros, de nouveaux logements, des améliorations dans le système éducatif. Dernièrement, notre Président à annoncer à Nantes, lors d'une visite, l'égalité des chances pour les grandes écoles, pour les élèves brillants de ces écoles de quartier. Depuis toutes ces années écoulées, on a l'impression que toute l'aide que l'on apporte, ne sert à rien. Bien au contraire, notre société se délite. Les agressions à Nantes et dans ses environs sont de plus en plus violentes et les incivilités sont quotidiennes;
ce qui manque surtout à nos jeunes, c'est un lieu où tout le monde se retrouve, un brassage de la population, quel que soit les origines, culturelles, religieuses, croyance ou milieux familiaux), un endroit où l'on vous enseigne des règles élémentaires de la vie, le respect de l'autre, l'ordre, l'hygiène, la propreté, pour soit même et pour les autres. Et puis, la dignité et le sens de valeurs de la République ainsi que le salut aux couleurs nationales, notre drapeau républicain. A mon époque ce lieu, c'était le service militaire et il était obligatoire
Je pense qu'à l'heure actuelle que tous les moyens mis à la disposition de l'Education Nationale, ne remplaceront jamais, cette notion fondamentale de l'engagement au service de son pays. Aujourd'hui, il existe bien le service civique, Il reprend un peu le sens de ces valeurs, mais de façon très superficielle.
Il existe aussi des actions citoyennes, comme celle menée par la secrétaire d'Etat, chargé de la jeunesse (Mme Sarah El Hairy) va aussi dans ce sens, lorsqu'elle fait une remise de drapeau (couleur nationale) à des élèves dans certaines écoles, pour le respect du devoir de mémoire (souvenir français).
Tout ce qui peut aider à faire aimer sa patrie, ne peut que aller dans le bon sens.

Des maires de la Loire-Atlantique formés par les négociateurs du G.I.G.N.:

Paulo #Sécurité
Des maires de la Loire-Atlantique formés par les négociateurs du Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (G.I.G.N.):
S'il est un fait que le magistrat d'une commune se trouve de plus en plus confronté aux incivilités de ses administrés. Je suis agréablement surpris de voir que notre maire de Sautron (Madame Marie-Cécile Gessant) était présente à cette concertation organisée par les négociateurs du G.I.G.N.
C'est vrai que le rôle du négociateur est important et permet souvent de résoudre un problème de conflit, lorsqu'une personne retient un ou plusieurs otages. Les échanges peuvent ramener l'auteur à la raison et se rendra sans que l'on fasse usage de la force.
Mais bien sur, les conflits ne s'arrêtent pas uniquement lors d'une prise d'otage. Ils peuvent survenir souvent, au moment ou on ne s'y attend le moins. Nous vivons une époque ou la violence peut s'exprimer de différentes manières. Ce n'est pas toujours une violence physique. Elle peut être verbale, écrite. La violence physique se produit souvent dans les cas extrêmes (perte de contrôle, incompréhension, manque de jugement etc..). Il faut surtout garder son calme, rentrer dans le jeu de la personne, afin d'atténuer son agressivité. Une voix posée et calme va déstabiliser l'agresseur. En profiter pour lui dire qu'on le comprend et que l'on va tout faire pour améliorer sa situation. Quelques mots suffisent parfois pour résoudre un conflit.
Je ne suis pas un vieux Sautronnais. J'ai acheté ma maison en 1992 et j'y suis à la retraite depuis bientôt 25 ans. J'ai fait partie de plusieurs associations et j'ai toujours eu des contacts privilégiés avec les Sautronnais. Je me considère comme un privilégié, à l'écart des problèmes que l'on rencontre dans les grandes cités. Et si j'ai constaté quelques incivilités mineures, je n'ai jamais rencontré de l'incivisme majeur, comme on peut en voir dans les grandes cités.
Je souhaite et j'espère que notre commune continuera à être un lieu de vie où tout le monde se respecte et participe activement au bien être de tous nos concitoyens.

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>
Facebook Twitter RSS Contact