Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
action citoyenne, sécurité et citoyenneté
articles de presse sur l'actualité en général et la sécurité en particulier

#securite

L'hommage rendu à notre camarade disparue Mélanie Lemée:

Paulo #Sécurité
Suite à la mort de notre camarade Mélanie, voici les propos tenus par le général Soubelet:
BERTRAND SOUBELET :
Aujourd'hui je laisse ma colère et mon émotion déborder pour vous dire combien je suis ému par la mort de Mélanie Lemée jeune championne de judo de 26 ans amoureuse de la vie et gendarme au service de la sécurité des Français.
Ma colère s'explique par le fait que sa mort est déjà rangée dans la rubrique des faits divers et nombre de Français diront :"Pas de chance" et d'autres "ce sont les risques du métier, ils sont payés pour ça". Je sais également que certains se réjouiront de ce drame.
Ma colère s'explique par le fait qu'il y a quelques jours encore les déclarations et les commentaires que j'ai lus et entendus mettaient en cause le professionnalisme et le comportement des forces de l'ordre.
Comment peut-on en arriver à de tels drames ?
Je ne suis pas un adepte de la langue de bois.
Ce drame a été provoqué par un jeune Français d'origine maghrébine qui roulait sous l'emprise de stupéfiants à une vitesse supérieure à 130 km/h sur la commune de Port Sainte Marie après avoir refusé deux contrôles dans les minutes qui précédaient. Connu pour différentes infractions il n'avait plus de permis car il avait été annulé.
Voilà la réalité brute.
Cela nous pose la question de cette partie de la jeunesse perdue, dépourvue d'éducation et totalement irrespectueuse des règles de notre société.
Cette situation est la résultante de 40 années de faiblesse et d'acceptation du recul de l'autorité et de sanctions adaptées.
Il ne peut pas y avoir d'accommodements avec l'application de la loi et si ce triste individu qui a arraché la jambe et enlevé la vie de Mélanie avait été sanctionné avec la fermeté nécessaire en temps et heure son comportement déviant n'aurait pas atteint un tel niveau. On peut même imaginer qu'une telle tragédie ne se serait pas produite.
Mon émotion est forte car cette jeune femme que je ne connaissais pas personnellement suivait ma page et cette proximité me touche.
Elle ressemble à ces milliers de jeunes femmes et hommes que j'ai commandés dans mes responsabilités et au contact desquels j'allais le plus souvent possible. Des jeunes gens sportifs, enthousiastes, déterminés et dévoués pour la sécurité des Français.
J'évite de réagir médiatiquement à chaque accident, à chaque disparition d'un gendarme ou d'un policier car cela me réduirait à la pratique des responsables politiques dont l'empathie se résume à un Twit de quelques secondes mais ma peine est réelle à chaque fois car le visage de celles et ceux que j'ai commandés me revient en mémoire.
J'ai pour les membres des forces de sécurité l'attachement du chef à qui ils ont fait confiance et qu'ils ont suivi avec énergie et loyauté.
Plus particulièrement aujourd'hui, mon cœur saigne pour toutes les Mélanie, Arnaud, Xavier, Clarissa, Audrey, Romain, Alicia et tant d'autres qui ont payé de leur vie et certains dans leur chair cet engagement pour la sécurité de notre pays.
Il ne se passe pas un jour de ma vie sans avoir une pensée pour ces plus de 300000 hommes et femmes en activité et réservistes auxquels nous devons manifester notre reconnaissance ce que je ne manque pas en toutes occasions et que je vous demande également de faire ne serait-ce que par un sourire ou un bonjour.
La grande famille de France est en deuil car à nouveau un de ses serviteurs a payé de sa vie l'irresponsabilité et la lâcheté d'un triste individu incapable d'assumer ses propres choix.
Mes pensées vont à la mémoire de Mélanie et à sa famille dont je partage l'émotion, la révolte et le chagrin.

L'historien Bensoussan: Les territoires perdus de la République:

Paulo #Sécurité
L'historien Georges Bensoussan: Les territoires perdus de la République:
Ces territoires perdus existent aussi dans la périphérie Nantaise.
On peut citer les quartiers de Bellevue, Les Dervallières, Le Breil, Malakoff dans les quartiers Nord de Nantes. Dans ces différents quartiers, la drogue circule aussi librement que dans une grande surface.
Les dealers sont les maîtres chez eux, sauf que régulièrement des bandes armées surgissent dans ces quartiers, pour régler des problèmes de territoires. Jusqu'à présent l'usage d'armes à feu n'a provoqué que peu de mort, souvent des blessés graves, voir légers qui sortent de l'hôpital après les premiers soins d'urgence.
Les forces de l'ordre n'interviennent que pour faire cesser les agissements, les auteurs ayant la plus part du temps quittés les lieux avant leur arrivée. On constate bien souvent que de nouveaux affrontements se reproduisent, dès que les forces de l'ordre leur ont tourné le dos.
Pour faire face à cette montée de violence, les forces de l'ordre ne sont pas en nombre suffisant pour surveiller tous ces quartiers sensibles et quand ils interviennent, ils déclenchent des violences urbaines, entretenus par ces petits malfrats. C'est un peu aussi sans doute pour cette raison que la police n'intervient que lors du signalement d'usage des armes. On peut donc en déduire que la sécurité dans ces quartiers n'est plus assurée et les dealers le savent très bien et continuent leur petit commerce en toute impunité.
Sans être un grand spécialiste de la sécurité, mais pour y avoir consacré une partie de ma carrière, j'ai pu observer l'évolution de la dégradation de la sécurité sur notre territoire nationale et dans certains quartiers en particulier. Tous les responsables à différents niveaux ont laissé faire, quand on ne c'est pas renvoyé les responsabilités sur cette montée de violence.
Oui, par faute de moyens humains et matériels, la situation est devenue ingérable aujourd'hui, à force de nous brandir les thèmes d'une police raciste et violente d'une part et le pas d'amalgame d'autre part.
Aujourd'hui, ces bandes gèrent ces territoires perdus à leur guise et en ont fait des zones de non droit qui interdit toutes actions de police, ou alors on se retrouve tout de suite en situation d'émeute et on qualifie l'action des policiers de violente et de délits de faciès.
Je ne sais pas si un jour les forces de l'ordre pourront reconquérir ces territoires. Si cela doit se faire, il y a fort à parier que cela ne se fera pas sans violence, à laquelle les forces de l'ordre devront faire face, sans faiblesse et sans acrimonie, mais avec force et détermination et s'il le faut en faisant usage de leurs armes de service, si les belligérants utilisent les leurs contre eux.
Le temps des béni-oui-oui est révolu. Il faut que force reste à loi et non à celle des truands de tous poils.

Le Ministre de l'Intérieur protège la manifestation de SOS Racisme:

Paulo #Sécurité
Le Ministre de l'Intérieur protège la manifestation de SOS Racisme:
Effet de mode ou effet de manche: Le Ministre de l'Intérieur se proclame défenseur des manifestations contre les violences policières.
D'ailleurs, je ne suis pas le seul à y avoir pensé! Je propose que les forces de l'ordre ne soient plus utilisées, lors d'une manifestation sur la voie publique. Ainsi nous éviterions les violences policières et si violence il y a, on ne pourra pas dire que c'est la faute des policiers. Après tout, il faut savoir faire des choix et personnellement je trouve qu'il soit préférable que les policiers puissent travailler sereinement et ne se prennent pas des pavés dans la tronche. Tous débordements ne relèveront plus de leur travail lors d'une manifestation. L'ennui si je peux dire c'est qu'à un moment on ira vers un état insurrectionnel, où les pillages, vols, incendies et destructions diverses seront la règle permanente (dixit: les gilets jaunes).
Le seul moyen de s'en sortir alors, ce sera l'intervention de nos forces Armées, l'instauration de l'état d'urgence et toutes les contraintes que cela oblige. Ce sera sans doute le seul moyen de ramener le pays dans le calme.
Nota: on parle toujours des violences policières, mais jamais de celles qu'ils subissent dans l'exercice de leur fonction, deux poids et deux mesures.

Lorsque l'on parle de Guerre:

Paulo #Sécurité
Lorsque l'on parle de Guerre:
La première chose qui vous vient à l'esprit, c'est qu'il y aura des morts. Beaucoup de notre jeune génération n'ont pas connu de guerre et découvre qu'elle fait des morts.
Dans le contexte de cette pandémie COVID - 19, on s'aperçoit à la lecture des informations, que nos morts n'ont pas tous le même retentissement.
Ceux dont la mort provient du COVID - 19 et qui sont en première ligne pour prodiguer les soins, font les éloges de nos élus et l'objet de mesures particulières.
Quant à nos soldats qui sont tués en service au Mali et qui sont morts pour la France, ils n'ont droit qu'à une information de presse laconique, sur leur disparition, au service de leur Patrie.
Le texte ci-joint de l'ASAF fait part de cette différence entre nos morts.

pas facile d'exercer la profession de gendarme aujourd'hui

Paulo #Sécurité

pas facile d'exercer la profession de gendarme aujourd'hui:
Au cours de leur service journalier, ils s'exposent à la double peine, celle de contracter le coronavirus, lors d'un contrôle sur l'application du confinement.
Et celle de risquer leur vie, en se faisant renverser par un chauffard, qui refuse de se soumettre au contrôle.
Ces deux motards en ont fait les frais et s'en sortent avec quelques contusions ne mettant pas leur vie en danger. On s'imagine toutefois que cela aurait pu être plus grave, car ce n'est pas la première fois qu'un gendarme se fasse renverser par un conducteur récalcitrant.
Dans ce cas précis un usage des armes était justifié, car ils se trouvaient en situation de légitime défense, s'agissant d'une tentative d'homicide avec une arme de substitution, le véhicule.
A l'avenir il faudra être plus prudent et prêt à faire usage de son arme de service, pour protéger sa vie, si cela devait se reproduire

Acte de civisme sur l'A11 avec des chauffeurs de poids-lourd/

Paulo #Sécurité

Dans les colonnes du journal Ouest France du 11/03/2020, je découvre un article qui met en avant un acte de civisme que l'on peut citer comme un cas d'école. C'est rassurant et même réconfortant de voir que nos concitoyens n'ont pas perdu le sens du civisme et qu'il se traduit par leur aide  à une octogénaire se trouvant en contresens sur l'A 11 , permettant ainsi d'éviter que le pire ne se produise.

Il s'agit d'un chauffeur poids-lourd qui circule sur l'A 11 en direction d'Ancenis et qui roule à environ 80Km/h., lorsqu'il s'aperçoit qu'une VL arrive à contresens. Après avoir effectué plusieurs appels de phare, le véhicule finit pas s'immobiliser devant le poids lourd. Le chauffeur remarque que la conductrice, une dame âgée, semble un peu perdue, ne comprenant pas trop ce qui lui arrive.

Une chance pour le chauffeur du poids-lourd, il se trouve  sur une seule voie, pour cause de travaux et il bloque la circulation. Après avoir fait faire demi tour à la VL de l'octogénaire, il reparte tous les deux dans le bon sens de la circulation, mais cette pauvre dame un peu choquée par ce qui lui arrive, percute à plusieurs reprise la glissière de sécurité, faisant ouvrir le capot de sa voiture, lui cachant ainsi la visibilité.

D'autres poids lourd qui ont suivi la scène, décident d'encadrer le véhicule, faisant comme un rempart de protection et l'accompagne jusqu'au prochain aire de repos, où les secours sont arrivée en même temps que le peloton de gendarmerie de l'autoroute.

Il faut préciser que grâce à l'intervention des chauffeurs de poids lourd, un accident grave a été évité.

Cette action d'entraide témoigne d'un acte de civisme et est à porter à l'action exemplaire des chauffeurs de poids-lourd, faisant ainsi la démonstration que l'entraide entre routiers n'est pas un vain mot;

 

 

 

 

Règlement de compte à Nantes:

Paulo #Sécurité

Règlement de comptes à Nantes:
En préambule à cet article, je voudrais rappeler ce qu'est le civisme et la citoyenneté:
Civisme: désigne le respect, l'attachement et le dévouement du citoyen pour son pays ou pour la collectivité dans laquelle il vit.
Citoyenneté: c'est l'état ou la qualité du citoyen. Elle permet à l'individu d'être reconnu comme membre d'une société.
Si la citoyenneté vous reconnaît comme membre de la société à laquelle vous appartenez et vous octroi de fait des droits, elle vous impose néanmoins des devoirs auxquels vous devez vous soumettre.
Si j'ai pris ces deux définitions, c'est parce qu'elles s'appliquent aux faits divers qui viennent de se produire dans un quartier Nantais et qu'ils touchent à la sécurité de nos concitoyens.
Cet article paru dans Ouest-France du 10/03/2020, fait mention d'un éventuel règlement de compte avec usage des armes.
Ce n'est pas la première fois que cela se produit et ce ne sera sans doute pas la dernière, alors que nous assistons à une recrudescence d'usage des armes entre bandes rivales qui se disputent un territoire de deal.
On connaît ces quartiers Nantais et on sait aussi le manque de moyens humains pour y faire face, ainsi que la montée en puissance de ces règlements de comptes dans ces différents quartiers.
Les habitants savent ce qui s'y passe et attendent la présence de policiers pour empêcher la vente de drogue qui se fait au vu et au su de tout le monde.
Dan cet article, un dénommé "Marco" déclare: "ces derniers jours, le bruit courait qu'il y allait avoir un règlement de comptes, et d'ajouter, "pourquoi je ne suis pas allé au Commissariat pour alerter".
Ce comportement entrait bien dans le cadre du civisme et peut être que la présence policière aurait pu éviter qu'un jeune se fasse tirer dessus et qu'il ne soit grièvement blessé. On peut rajouter qu'il s'en tire à bon compte, car quelques mois plus tôt, un autre jeune lui, y a perdu la vie.
Dans ce genre de situation, sans doute par crainte des représailles, tout le monde sait, mais personne ne bouge.
Si la sécurité est du domaine des forces de police, vous en qualité de citoyen, ayant le sens du civisme, il était du rôle de "Marco" de prévenir le Commissariat du règlement de comptes qu'il pressentait.
Il est bon de rappeler que la sécurité est l'affaire de chaque citoyens désireux de créer un élan d'entraide et de solidarité dans leur quartier, pour y rendre la vie plus agréable. C'est la participation citoyenne dans un même quartier ou un même immeuble, qui s'appuie sur la vigilance des voisins.
C'est aussi une démarche de prévention de la délinquance, en partenariat avec les forces de l'ordre (gendarmerie, police, police municipale).

L'affaire Mila menace de mort, propos haineux:

Paulo #Sécurité

Qu'entend-t-on par propos haineux:
L'affaire Mila met en évidence une haine émanant de milieu communautariste, dont certains membres n'hésitent pas à menacer de mort, celles ou ceux qui n'épousent pas leur idéologie.
Ce fait n'est pas nouveau, mais il prend une forme de plus en plus violente dans notre société.
Chaque religion a sa raison d'exister et se retrouve souvent dans une culture, je dirais même une civilisation millénaire. C'est vrai, que les chrétiens, les musulmans, les bouddhistes, les animistes, ainsi que toutes les croyances émanant de différentes cultures ont leur propre rite et l'exprime de différentes manières.
Nous nous devons un respect mutuel, car la liberté de conscience et la pratique religieuse sont inscrits dans notre constitution et font l'objet d'une loi sur la laïcité (séparation des églises et de l'Etat) . Aucune religion ne peut déroger à cette règle.
Pour en revenir à l'affaire Mila, si j'ai bien compris, elle aurait prononcé des propos injurieux sur l'Islam. Déjà, cette jeune fille mineure, dans la fougue de sa jeunesse, a prononcé ou écrit des termes peu élogieux à l'encontre de l'Islam qui, à mon sens, devaient aller au-delà de son imagination et auraient provoqué les foudres de fondamentalistes religieux, émanant en grande partie des frères musulmans et des salafistes.
Est ce que cela leur arroge le droit de ne pas accepter les règles de la laïcité et leur donnent le droit de prononcer des menaces de mort, surtout envers une mineure. Un rappel du respect mutuel de la religion aurait pu suffire.
Notre loi protectrice, interdit et condamne la menace de mort envers une personne.
Punissable de six mois d'emprisonnement et de 7500€ d'amende lorsqu'elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet.
Quoi qu'il en soit, rien ne justifie de telles menaces de mort et les auteurs seront poursuivis et condamnés, comme cela est prévu par la loi.
Je ne vise personne en particulier, mais je dis que la loi doit s'appliquer envers tous nos ressortissants nationaux, ainsi qu'aux étrangers qui ne respectent pas nos lois et qui séjournent sur notre territoire.

Monsieur Robert Badinter dénonce une violence inacceptable.

Paulo #Sécurité

Monsieur Badinter dénonce une violence inacceptable dans notre société:
Si je peux être d'accord avec lui pour dénoncer une violence inacceptable, on ne peut pas nier quelle existe, j'ai tendance à croire et à penser qu'il est plus facile de dénoncer, plutôt que d'apporter une solution pérenne pour l'endiguer.
Ma première question: c'est de savoir pourquoi tant de violence et qu'elle en est la cause;
La deuxième question: que pouvons nous faire pour l'endiguer, la prévoir et l'éradiquer.
Déjà, si l'on apporte un début de réponse à ces deux questions, on fera un très grand pas pour s'attaquer aux violences et aux incivilités quotidiennes.
J'ai comme beaucoup d'entre vous ma petite idée, mais elle ne servira pas à grand chose, car on considèrera que je ne suis pas un spécialiste en la matière.
La violence et l'insécurité sont quotidiennes, à chacun d'entre nous d'y faire face et de participer à sa propre sécurité. Il faut bien avoir conscience que l'on ne pourra jamais mettre un policier, un gendarme ou un agent de sécurité, derrière chaque citoyen. Alors, agissons de concert en effectuant des gestes simples qui peuvent améliorer au quotidien notre sécurité (comme l'entraide entre voisins pendant une absence prolongée), sans attendre que d'autres le fassent à votre place. Soyons coopératif avec ceux qui sont chargés de la sécurité au quotidien, en faisant remonter des informations qui peuvent aider à résoudre et faire cesser des actes d'incivisme, auxquels nous pouvons être confrontés. Bien sur, nous n'avons pas vocation à remplacer les forces de l'ordre, mais il est de notre devoir de chaque citoyen, de les informer sur des actes qui peuvent troubler l'ordre public et altérer la sécurité de tous.
Ne soyons plus de simples assistés permanents, mais participons pleinement à notre sécurité au quotidien. Ce sera votre coresponsabilité qui améliorera la sécurité de tous.

Présence de l'armée Française de plus en plus contestée au Mali:

Paulo #Sécurité

articles OF 5/01/15 Sahel: l'armée française s'installe durablement.

OF 6/01/15 Paris s'implique dans la lutte contre Boko Haram

En ces temps de disette, de restriction budgétaire et de diminution de leurs effectifs, nos forces armées sont de plus en plus sollicitées:

On ne peut pas dire que la Défense Nationale soit favorisée, lors de l'élaboration du budget de la nation. Bien au contraire, des coupes sombres budgétaires sont apparues dans leurs budgets de fonctionnement et d'investissement. Sans compter les suppressions d'effectifs, sans commune mesure avec d'autres Ministères.

Il n'en demeure pas moins vrai que nos forces armées sont reconnues comme une des meilleures au monde. Nos militaires font des prouesses, là ou d'autres auraient baissé les bras depuis longtemps.

Leurs engagements dans la lutte antiterroriste islamique en Syrie et en Irak (DAESH), au Niger et au Tchad (Boko Haram), leurs implantations en Mauritanie, au Burkina faso, Mali, Tchad, Niger, Centrafrique, en font l'une des composantes les plus importantes impliquées dans les opérations baptisées "Barkane", estimées à 1,1 milliard d'Euros en 2014.

Questions que l'on se pose:

- Quelles sont les économies réalisées dans ces différentes opérations militaires;

- pourquoi sommes nous toujours en 1ère ligne sur le continent africain;

- pourquoi sommes nous l'un des seuls pays de l'Europe à prendre part à la lutte antiterroriste en Afrique;

- Est-ce simplement un choix de notre politique extérieure qui mettrait la France au premier plan de la lutte antiterroriste.

Et après, qu'attendons nous en retour? La sécurité de notre pays, mais pas seulement, puisque les autres pays Européens en bénéficieront également.

Alors, devrions nous être les seuls à supporter le fardeau humain , matériel et financier, engagé dans ces opérations militaires?

c'était il y a 5 ans, depuis les choses n'ont pas tellement évolué. Notre armée est toujours en première ligne au Mali pour lutter contre le terrorisme, dans la région du Sahel Occidental (Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger, Nigéria, Tchad) même si nous ne sommes pas engagés dans tous ces pays, les terroristes eux y prospèrent et passent de l'un à l'autre, sans rencontrer de vrai résistance. Il peuvent ainsi commettre leurs crimes contre l'humanité, en tuant aussi bien des civils innocents, que des militaires sous équipés et mal entraînés aux opérations de combat.
Si l'OTAN est partiellement présente, nous sommes le seul pays Européen engagé militairement sur ces vastes territoires désertiques, difficilement contrôlables.
De surcroît, si l'on prend l'exemple du Mali, sa population nous est complètement hostile et demande le départ de nos militaires.
Alors, je me pose une question assez simple, s'ils ne veulent plus de nous, qu'attendons nous pour faire rentrer nos soldats à la maison, au lieu de les laisser se faire tuer, pour protéger des personnes qui ne veulent plus de notre présence chez eux.
Ce serait aussi l'occasion de faire rapatrier tous les Maliens qui ont trouvé refuge et protection chez nous, alors qu'ils devraient être chez eux pour défendre leur pays.
Une fois encore, ne nous trompons pas de combat!.

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
Facebook Twitter RSS Contact